Mardi 30 juin
La rando moto s’était donnée rendez vous en cette fin juin, comme de coutume, devant l’ancien cellier La Chapelle. Le millésime 2015 déplorant l’absence de nombreux titulaires comme Fabien, Gilles, Jean-Mi, Jonathan…, une douzaine de motos seulement se sont élancées direction les Bordes pour rejoindre en bout de boucle La Franqui. Une belle balade à savourer sans modération et gageons que les bikers se sont régalés.

Dimanche 28 juin
Par une belle soirée sans vent ni moustique, les Planézols, une fois de plus, se sont retrouvés au terrain de foot, manière de célébrer la St Jean autour d’un bel apéro, d’un bon repas accompagné de vins de terroir et tout heureux ensuite de regarder les enfants descendre de la vieille chapelle St Pierre avec torches, lampions et ‘’patègue’’ d’allumer leur feu, se fabriquant ainsi sans le savoir, de beaux souvenirs pour plus tard et ravivant du même coup les nôtres qui sont toujours là, à fleur de peau.


Vendredi 26 juin
Les affiches des Musicales de l’Agly annoncent leur 20ème festival qui se tiendra du 10 au 13 juillet dans et autour du village. Si ce dernier va certes perdre un peu de sa tranquillité, on peut se dire aussi qu’il aura tôt fait de la retrouver. Bon courage aux bénévoles de Triangle et à bientôt sous les pins de Paul.

Mercredi 24 juin
Si ce n’est une légère attaque de mildiou sur le’’ tendrum’’ du Grenache, Laurent n’a pas grand-chose à noter sur son calepin au cours de sa tournée trimestrielle. A l’occasion, il rencontre Gilles, occupé à attacher ses syrahs sur le Pla et Conties, Yannick et Audrey faisant des passages à la Coume et prend même le temps de siroter un café offert par Christian qui relève ses fils de fer sur Montredon. Mais, malgré une récolte prometteuse autour du village, son œil d’expert, après avoir survolé l’ensemble du territoire, juge une récolte quantitativement  inférieure  au dernier millésime.

Lundi 22 Juin
Gilles, le Vigneron du week-end (en semaine, il roule pour Camidi), loupe rarement un traitement sur sa petite propriété. Du coup, chaque 15 jours il traite tout en délicatesse sa mignonnette récolte, et sur La Meunière, là bas, en lisière de forêt, les sangliers savent déjà qu’ils ont quelques repas nocturnes assurés.



Samedi 20 juin
Lorsque, tout occupé à doucher à grandes eaux vos poiriers tout collants de miellat, vous tombez nez à nez sur un pauvre merle à moitié noyé, agrippé à son nid toutes plumes déployées pour servir de parapluie à sa chère couvée, le bec en éventail pour chercher à grand peine sa respiration ,le tout sans penser une seule seconde à quitter le ‘’navire’’, vous ne pouvez qu’être admiratif devant cette belle leçon de vie. Alors, les cerises empruntées à répétition et sans autorisation par ce coquin depuis le mois de mai, seront reconduites sans hésitation le printemps prochain.



Jeudi 18 Juin
Des syrahs d’un kilomètre de long, des grenaches à perte de vue, des muscats magnifiques comme seul le Roussillon sait en créer, des carignans, ma foi, mi figue mi raisin et des macabeos  rarement absents au rendez- vous, le millésime 2015 s’annonce sous de bons auspices.

Mardi 16 juin
En ce samedi après-midi, la superbe église rénovée de Paziols, accueillait à bras ouverts notre groupe Ostinata. Nathalie absente, les filles ont chamboulé leur répertoire car, caraï, chanter à 5 ou 6 voix, ce n’est pas la même histoire. Mais, sachant s’adapter au bout de 16 années de vie commune à ce genre de situation, pas une seule fausse note n’est venue s’inviter au concert et Paziols, autour d’un bel apéritif, remerciait chaleureusement Ostinata.

Dimanche 14 juin
Quand un aspirateur ronronne sur l’autel de notre vieille église, Monique n’est jamais bien loin de la prise de courant. La messe de la St Pierre (29 juin) avance à grands pas et, en souvenir de Monsieur l’abbé Duval Marcel qui aimait bien son église Planézole tirée à quatre épingles, elle se fait grand plaisir à traquer la poussière aux quatre coins de chaque meuble.

Vendredi 12 juin
La tournée phyto, acte II, va bientôt débuter dans le secteur autour de l’inamovible Laurent. Au programme : Détection éventuelle d’oïdium et mildiou notamment qui pourrait venir perturber, à la longue, nos futures médailles d’Or. Le temps se prêtant à agacer, la vigilance ‘’vigneronesque’’ a redoublé de rigueur et du coup, cette dernière rapproche d’autant plus le risque de maladie du chiffre 0.

Mercredi 10 juin
Les feux de la St Jean sont de retour. Le 23 juin prochain, les Planézols sont conviés au terrain de foot afin de passer ensemble une sympathique soirée autour d’un feu de derrière les fagots allumé traditionnellement depuis toujours par les enfants.
S’inscrire auprès de Marie-Alice avant le 17. On va se régaler !

Lundi 8 juin
Sacristie Acte III. Monique peut avoir le sourire ! Bruno et Hervé, en 4 temps 3 mouvements, à coups de mètre, cutter et visseuse plus un chouïa de mathématique pour calculer et tomber pile poil au bout d’un plafond aux angles aigus, viennent d’isoler la sacristie des courants d’air. Ne reste plus à Hervé désormais qu’à passer un coup de peinture avant de remettre ‘’le mobilier’’ en place.

Samedi 6 juin
Conseil Municipal et bénévoles s’étaient donné rendez-vous au second parapet en ce 3 juin 14h00, pour réceptionner la deuxième cargaison de béton afin de  la dispatcher ici et là à coups de bennettes dans les trous restant à combler des dernières intempéries. Une opération menée de main de maître à moindre coût et qui permettra d’attendre sereinement les prochains dégâts des eaux qui ne manqueront pas de rappliquer toujours trop tôt.

Jeudi 4 juin
Les poudreuses sont de sortie en cette période cruciale où l’oïdium, invisible à l’œil nu, tente sournoisement, par tous les moyens, de s’installer sur les grappes, tout cépage confondu. Et le moins que l’on puisse dire, vu le débit des poudreuses de ce XXIème siècle, c’est que la ‘’petite bestiole’’ risque de ‘’coubrer’’ et de ‘’s’astouffer’’.
Un coucou à Magalie et Pierre et à Yannick avec un jour d’avance.

Mercredi 3 juin
En ce début juin, le terme sent bon la fleur de raisin qui graine. Un parfum ancestral, délicat et divin que pas un vigneron, pour rien au monde, n’échangerait pour celui Ô combien moins subtil des pots d’échappement citadins.

Lundi 1er juin
Les coopérateurs étaient conviés récemment à déguster ce qui se fait de mieux à Trémoine en terme de CRV : le Barral millésime 2013 et 2014. Le premier, embouteillé, étiqueté et compagnie, s’est vu décerner l’OR 2015 à Paris, tandis que le second ‘’roundinège’’ encore en toute quiétude dans des fûts de chêne en attendant une probable médaille d’OR 2016. Commentés par Jean-Michel et dégustés sous toutes les coutures, ces deux millésimes aux qualités exceptionnelles, reflètent tout simplement le sérieux haut de gamme de la cave Trémoine dans son ensemble. Et le vigneron, lui, les papilles enflammées de fierté, se sent payé en retour de tout son travail en amont, parfois pas si évident à faire.