Mardi 31 mai
En ce mois de mai où le temps change toutes les cinq minutes, les vignerons guettent la bonne occasion pour sortir leur poudreuse, car rien ne vaut un bon coup de soufre sec pour ‘’asboudraguer’’l’oïdium. Et le Rasiguérois Gilbert, pas né de la dernière ramade, se régale, côté Pla, de soigner ses syrahs.

Lundi 30 mai
Lorsque fin mai, sous un petit crachin à l’heure de l’apéro, un petit étourneau perché sur un toit, loupe son premier vol et vient ‘’s’asclaffer’’ sans crier gare sur la première fenêtre venue, et qui plus est, sous les yeux du ‘’fauve’’ du quartier, il peut raisonnablement commencer à se faire du souci. Mais le dit fauve, prudent et craintif devant cet inconnu à plumes et long bec, se contentera de le suivre à distance, de la place de l’église à celle de la mairie, sans jamais s’amuser à le renifler de trop près. Souhaitons une heureuse issue à l’oisillon, et pour avoir d’une certaine façon sympathisé cinq minutes avec cet étourdi, qu’il se retienne si possible d’aller ‘’roundinéger’’ du côté de la Tourredeille.

Samedi 28 mai
Ils descendaient il y a peu la rue de l’église sur leurs vélos avec toute l’insouciance de leur jeunesse, et les revoilà dans le jardin magique de Paul, perchés sur un olivier au beau milieu de leur cabane. Écolos jusqu’au bout des ongles, nos Robins des bois ont fixé toute leur ‘’barraquette’’ à coups de ficelle, et si les temps modernes ont remplacé la vieille corde à nœuds par un escabeau 4 étoiles, il n’en demeure pas moins qu’ils sont à envier.

Jeudi 26 mai 2016
Sous le regard amical et attendri d’un brave chevreuil, Gilles, sur sa chère Meunière en ce mois de mai mi-figue mi-raisin, se fait plaisir à soigner sa petite vignotte qui, à défaut de le rendre plus riche, le rend plus heureux.

Mardi 24 mai
Les aloès plantés ‘’fa temps’’ (si la mémoire et le souvenir ne font défaut)  par Manuel, père d’Antoine et grand père de Jo, Jean Louis et Pierre, causent souvent des soucis à Margarete, une fois ces derniers arrivés au bout du rouleau après avoir donné naissance à une fleur au moins aussi grosse qu’un poteau téléphonique. Asséchés, ratiboisés et usés jusqu’à la corde, ils sont là, secs et re-secs ‘’asboudragués’’ au milieu du jardin de Monsieur Loubet et un bon feu une fois de plus ne sera pas de trop pour faire place nette.

Dimanche 22 mai
Qui ne se souvient pas au village de la Maison Serradell qui dans les années 50 accueillait dans son garage les boulangers Rasiguérois Florence et Narcisse ? Le temps a passé (hélas et macarel) et encore aujourd’hui, on en vient à regretter leurs paquets de biscottes d’une saveur désormais oubliée. Ces derniers temps, le ‘’dessus’’ de rigole de l’ancienne boulangerie laissait à désirer et les vieilles grilles remisées au placard sont ressorties pour rendre service une fois de plus. Grand merci à Monsieur le
Maire pour son coup de main.
Bisous de prompt rétablissement à Jean- Louis qui se repose du côté de Cerbère.

Vendredi 20 mai
Elle est belle, haute et verte l’herbe de la station d’épuration, arrosée qu’elle est régulièrement par la grâce du Seigneur, alors, immanquablement, avant qu’elle ne fasse trois mètres de haut, Hervé s’y colle et la ratiboise à la ‘’débrou’’.

Mercredi 18 mai
Le temps qui traînaille en ce début mai dans le secteur, avec ‘’ramades’’, orages, pluie et soleil à la clé, incite les vignerons à la prudence et du coup, ces derniers, ‘’roundinègent’’ au milieu de leurs vignes, manière dans un premier temps de se sécuriser question oïdium et mildiou.

Lundi 16 mai
Papi Claudius et mamie Michèle sont très heureux d’annoncer sur le site, la venue au monde de leur petit-fils Lewis. Le beau poupon, 3 kg 400 et 50 cm, né le 8 mai près de Laval (53), remplit de bonheur et de joie sa maman Aurore et son papa Frédéric et ce dernier, qui garde de beaux souvenirs de ses jeunes vacances Planézoles, espère bien que son fiston découvrira un jour la magie du Gourd’En Coq et celle des cerisiers.
Un gros bisou à l’arrière-grand-mère Sissi.

Samedi 14 mai
Un grand merci à John pour cette souriante photo qui dit mieux qu’un long discours combien s’est tissé au fil des ans, un lien très fort entre le village et la famille Flynn.

Jeudi 12 mai
Une réunion du Comité des fêtes se tenait à la Maison du Peuple, manière de tracer les grandes lignes de la St Jean et de la St Pierre.
Paella prévue pour le 23 juin au terrain de foot.
Tarif : 15 euros /adulte, 10 euros / enfant (en fonction de la grosseur de l’estomac).
Inscription si possible pour le 19 juin dernier délai.
Et puis, auberge espagnole pour le 29 juin au jardin de Mr Loubet avec ‘’chansonnettes’’ à la clef.
Qu’on se le dise.

Mardi 10 mai
Une marinade Londonienne, avec ‘’brumarasse’’ et ‘’petitotte’’ pluie s’est installée ce week-end sur le Pays, faisant le bonheur de chaque plante du terme, à défaut de faire celui du niveau des puits.
Bisous pleins d’affection à la frangine.

Dimanche 8 mai
Bouteilles en plastique coincées sur les roues arrières, la ‘’juventus moderne’’ descend plein pot la rue de l’église. Et pour un peu, on en pleurerait en se rappelant la ‘’vieille juventus’’, qui faisait ‘’fa temps’’ le même chemin, avec des bouts de carton fixés sur les rayons, par de simples pinces à linges de leurs chères mamans. Mais, plus que tout, laissons-les se régaler de rêver et gardons-nous bien de leur dire que tout passe très vite, trop vite, et surtout ces moments-là.

Vendredi 6 mai
Quel que soit le cépage, ‘’desbroutigner’’ sa plantation en 4ème feuille ressemble fort, pour le vigneron, à un pur moment de bonheur et, pour l’avoir couvée des yeux tout au long de tant de saisons, il serait étonnant qu’il troque sa place contre celle d’un VIP quel qu’il soit, et quelle qu’en soit la prime.

Mercredi 4 mai
En hommage et mémoire de Sandrine disparue récemment, Bruno organisait à la Maison de Paul une petite soirée ‘’Auberge Espagnole’’ sur fond musical.
De nombreux amis et musiciens (les élèves du conservatoire Perpignanais, Albert le Cassagnol, Foulquier le Tourril…) ont tenu l’espace d’un morceau ou deux ou même plus, à marquer de leur Amitié cette journée particulière.
Du coin de l’œil, Hervé a surveillé la sono comme on surveille un bien bien précieux, et puis la soirée, toute de musique, recueillement et souvenirs contenue s’en est allée tout au bout de la nuit.

Lundi 2 mai
Pétantes de santé en ce début mai, les griottes ‘’d’Alexandrine’’, fin prêtes à se faire grignoter par les étourneaux à plumes et à poils, annoncent droit devant, travail et sueur bien sûr, mais espérons-le également, soleil, baignades, ‘’siestasses’’, pétanque et apéros.