Mercredi 31 mai
A se ‘’poser’’ cinq minutes entre coups de ‘’rascle’’ et plantations et prendre le temps de se pencher sur le petit monde des bestioles qui l’entourent, le jardinier a ce privilège unique de pouvoir observer, entre autres, le ménage à ‘’3’’ des pucerons, coccinelles et fourmis.
Et si les premiers sont carrément indésirables tandis que les troisièmes sont tolérées, les secondes sont accueillies à bras ouverts où qu’elles soient.

Mardi 30 mai
De retour de Chine où elle est allée ‘’roundinéger’’ trois jours, Margarete se régale, débroussailleuse en mains, de retrouver l’air du Pays et de faire place nette dans le jardin de Paul, en prévision des Musicales de l’Agly qui reviennent s’installer début juillet pour quatre belles journées.
La Chine c’est bien jolie mais il y a moins de place au km² pour respirer.

Dimanche 28 mai
Suzukii, suite et fin.
Lorsque malheureusement vous apprenez que mathématiquement, cette petite bestiole vêtue de rouge de la tête au nombril, se multiplie par 30 tous les 10 jours, que chaque bigarreau squatté sans autorisation par 5 larves au moins (pour ne pas dire 10), est voué à la déchetterie, que vos cerisiers tardifs où ‘’roundinègent’’ abeilles, araignées, coccinelles, scarabées… sont couverts au bas mot de milliers de cerises, la solution radicale pour supprimer le fléau en moins de 48 heures, est  de préparer dans des comportes Alibert une bouillie à base de diméthoate (grosso modo l’équivalent du glyphosate pour les plantes), afin d’y faire tremper jusqu’à la dernière de vos cerises sans avenir.

Vendredi 26 mai
En cette période d’Ascension, à l’heure de l’apéro, la descente de l’église ressemble à la piste des 24 heures du Mans. Les trottinettes d’aujourd’hui remplacent les skates d’hier, les ‘’carrettons’’ d’avant-hier et même les roues du corbillard que les grands (Sid et les 2 John), dans un moment de délire au milieu des années 60, avaient récupéré au cimetière pour faire mumuse dans la ‘’grande descente’’.

Mercredi 24 mai
En ces moments difficiles et douloureux, nos plus tendres et sincères pensées se tournent vers le Peuple Anglais, vers Manchester et vers nos Amis Mancuniens-Planézols que sont Joanna, John et leur fils Rupert.

Mardi 23 mai
Étape Ô combien importante et décisive pour le bonheur d’une récolte, la floraison à divers degrés bat son plein dans le vignoble. Que cette dernière passe comme une lettre à la poste pour nous garantir, dans un premier temps, un beau millésime à venir.

Samedi 20 mai
Indésirables il y a peu, les sédentaires étourneaux qui, une fois la mer survolée à l’aller demeurent au pays, sont accueillis désormais à bras ouverts pour lutter écologiquement contre la mouche Suzukii. Puissent-ils à l’avenir revenir plus nombreux…

Jeudi 18 mai
En avance sur le temps qui passe, la fleur de raisin commence à embaumer le territoire, et les vignerons qui ne sont pas nés au dernier orage savent que le moment est propice aux poudrages.
Un geste ancestral, datant au moins de la ‘’nuit des temps’’, et si évolution oblige, atomiseurs et poudreuses ont remplacé les vieux ‘’toubaillous’’, le soufre lui, bio de bio, n’a pas changé d’un iota, et c’est toujours avec grand plaisir que les gens de la terre l’utilisent afin de soigner les maux de leur principale raison de vivre.



Mardi 16 mai
Sur la Babille, la petite Pauline et le grand Pikachu coulent des jours heureux, ‘’s’affartant’’ d’herbe verte, d’ombre et de bonbons à la pomme distribués généreusement chaque matin par leur Ami René.
Jadis propriété de notre regretté Dédé qui se plaisait à y bichonner ses carignans, ces 3 hectares de belle pâture aujourd’hui, rendent la vie belle à ces 2 sympathiques bestioles qui se régalent d’y ‘’roundinéger’’.

Dimanche 14 mai
Désiré et attendu depuis belle lurette, un orage de derrière les fagots s’est régalé de tomber sur le village et ses alentours, nettoyant au passage rigoles municipales et ruisseaux et douchant abondamment par la même occasion nos jardins, vignes et vergers.
Quelques petits dégâts sont à prévoir par ci par là, mais l’un dans l‘autre, il fait le bonheur de nos vignerons et jardiniers.

Vendredi 12 mai
Les vérités d’un jour n’étant pas celles du lendemain, au sein d’un monde viticole sans cesse en mouvement, une sympathique dégustation en ‘’aveugle’’ était organisée par les vignerons de Trémoine, manière de faire plus ample connaissance avec divers rosés et rouges d’horizons différents.
Une dégustation intéressante qui a eu le mérite de faire toucher du doigt la possibilité de modifier légèrement un certain savoir-faire (dans un but toujours plus qualitatif) et faisons entièrement confiance à notre QG Trémoine (Jean-Marc, Jean-Michel, Jean-Pierre, Laurent et Pierre) pour le prochain millésime.

Mercredi 10 mai
En ce dimanche 7, synonyme de second tour des élections, les Planézols étaient de retour à la Maison du Peuple pour voter. L’urne a rendu son verdict :
89 inscrits, 63 votants.
37 Emmanuel 
14 Marine     
5 enveloppes vides et 7 nuls.
Souhaitons tout simplement bon courage au tout nouveau président. Que sa jeunesse puisse être un atout pour le Pays, et qu’une fois l’heure du bilan venue, tout le monde soit content.
PS : Gros bisous à la frangine.


Lundi 8 mai
En marge des élections présidentielles et à mille lieues de penser à voter, nos enfants ‘’roundinègent’’ autour du platane de la Révolution, l’imagination en bandoulière, l’innocence à fleur de peau, heureux dans un monde de jeux qu’ils pensent sûrement éternel.
Contentons-nous de secrètement les envier en se gardant bien de leur dire, que le temps passe vite et qu’inévitablement un jour, ils délaisseront leurs trottinettes, pistolets à billes et prime jeunesse.


Samedi 6 mai
Demain, notre beau pays change de président. François s’en va, surement soulagé, tandis qu’Emmanuel et Marine rêvent de lui succéder. Deux candidats aux antipodes qui amèneront, une fois élus, les français sur deux routes bien différentes. Pour les bien heureux Planézols que nous sommes, la route nous mènera, ou vers le Camou et ses cyprès ombragés ou peut être vers le Tamarin et le Gourd’En Coq où il fait bon se baigner. Bien souvent mon père disait que parfois, il fallait se méfier de certains ‘’bramaïres’’ (gens qui haussent facilement le ton) alors, encore aujourd’hui, 31 ans après sa disparition, j’ai tellement d’affection et d’amour pour lui, qu’une fois de plus, je vais suivre ses conseils Ô combien avisés et toujours d’actualité.

Jeudi 4 mai
Bien avant le tout à l’égout, les eaux usées filaient joyeusement dans les rigoles, faisant le bonheur de crapauds bien grassouillets qui squattaient chaque devant de porte. Rare de vue désormais, il fait plaisir à voir car mieux que la météo, il annonce de ‘’l’eau’’.

Mardi 2 mai
En ce début mai, petit nettoyage de printemps à la station d’épuration, manière de passer l’été sans avoir à courir derrière les ‘’bartasses’’.