Samedi 31
mars La seconde dégustation concernant les assemblages s’est déroulée devant un bon nombre de vignerons qui apprécient ce moment Ô combien important dans la saison. Et tout en écoutant Jean-Michel, l’œnologue, égrainer et décortiquer les unes après les autres toutes les qualités propres à chaque échantillon, lui, le vigneron, en se remémorant son millésime et les difficultés bien souvent rencontrées surtout en vendanges, se dit en son for intérieur, que la patience et l’esprit collectif finissent toujours par payer.

 

Jeudi 29 mars
L’espace de trois matins et sur près de 300 hectares répartis sur Cassagnes, Lansac, Planèzes et Rasiguères, les vignerons de Trémoine se sont déployés en long, en large et en travers pour fixer aux ceps le précieux lien ‘’phéromonal’’. Et si tout se passe comme prévu (et comme l’an passé), le papillon mâle va tourner en rond comme un bourricot sans trouver sa chère compagne et le vigneron, tout en prenant l’apéro, sera bien conscient de s’éviter ainsi une tâche bien fastidieuse.

 

Mardi 27 mars
Rue des mimosas, le vieil arbre planté au siècle dernier par la famille Loubet de Sceaury et qui, sous le poids des ans, n’avait pas bonne mine, a fini par lâcher prise sous l’assaut du temps. La voiture de Roseline s’en tire plus ou moins à bon compte avec quelques égratignures sur la peinture et un bon travail de tôlerie en perspective sur le côté droit du toit.
Grand merci à Margarete, Alex, Henri et Patrick pour avoir géré du mieux possible la situation.

 

Dimanche 25 mars
Le superbe buffet qui, pendant plus de vingt ans au sein du cellier la Chapelle, a côtoyé à tire-larigot, bouteilles de terroir, baguettes ‘’Tourilles’’ et… boulangères (Margarete, Marité, Michelle, Monique, Sandrine…) prend le chemin de la mairie.
Devenu inutile et encombrant côté cave, il découvre une seconde jeunesse côté mairie, en gérant dorénavant les apéros de fin de réunion du conseil municipal.
 

Vendredi 23 mars
A l’heure où elle débourre, le vigneron donne à sa vigne un petit coup de pouce sur fond d’azote, potasse et phosphore, et puisse, entre ramades et tramontane à décorner les bœufs, les petits granulés ‘’homéopathiques’’ lui faire le plus grand bien.

 

Mercredi 21 mars
Revoilà les liens ‘’phéromonaux écolos’’ qui vont, espérons-le, nous faire passer un été tranquillou.
Une réunion se tenait il y a peu, présidée par Mme Carrère Elisabeth (technicienne de la société BIOGARD) et bien sûr par Laurent, pour rafraichir la mémoire des vignerons sur les multiples façons de poser des liens et, vu les hectares à passer, trois bonnes matinées seront nécessaires.

 

Lundi 19 mars
La période de désherbage bat son plein, obligeant nos vignerons à jongler avec vents et ‘’ramades’’ pour mener à bien cette opération délicate.
Alors, en prévision d’une matinée sympathique, Vivien refait le plein de ses jerricans.

Samedi 17 mars
Le nettoyage de l’Agly côté pont, toujours sous la direction de l’équipe Da Silva-Da Rocha est un plaisir pour les yeux.
Des engins venus d’une ‘’autre planète’’, équipés de chenilles et pneus à toutes épreuves et se moquant autant de la force que de la profondeur de l’eau.
Ajouté à cela une rapidité d’exécution XXL, il est bien dommage que de la source à l’embouchure, l’Agly ne soit pas passée ainsi au peigne fin.
PS : avec une petite journée de retard, une grosse bise à notre PDG. Jeudi 15 mars
Côté Pachères, si les travaux de rénovation du canal sont au point mort, l’entreprise Da Silva-Da Rocha déboise plein tube tout le dessous de notre ancestral barrage qui alimente en eau nos amis Estagellois et Tourils.
Et c’est de bon augure en prévisions d’hypothétiques inondations.
Quant aux buses immergées, elles sont un régal pour les cyclistes en manque de sensations. 

 

Mardi 13 mars
L’arrivée du printemps coïncide bien souvent avec les premières dégustations et sans vouloir repasser de la pommade sur nos hauts de gamme, force est de constater que toutes les sélections et cépages confondus du millésime 2017 sont d’un tel niveau que les gourmets (et les autres) vont encore se régaler cette année avec nos vins de terroir.

 

 Dimanche 11 mars
Qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige, Jo, jeune retraité, savoure ce plaisir unique d’être un vigneron libre comme l’air.
Et comment ne peut-il pas se sentir heureux au milieu de ses ‘’lladouners’’ avec une petite neige frisquette qui lui tombe sur les oreilles et les ciseaux ?
PS : Pensées profondes pour Roger Jean-Pierre et toute sa famille. 

 

Vendredi 9 mars
Petit clin d’œil à l’Ami Jean-Mi (95), fervent supporter du PSG, du site et qui viendra incessamment sous peu faire un petit séjour planézol.
Lorsque la dernière victoire Olympienne sur la Capitale remonte à sous Léon Blum et que, depuis belle lurette, le PSG ‘’asboudrague’’ votre OM à tire larigot, fort de sa puissance financière Qatari sans limite, vous guettez attentivement son moindre faux pas pour vous mettre un tant soit peu, de baume au cœur. 
Et il semblerait qu’une fois l’an, le 8ème de finale de Ligue des Champions, tel un brave facteur, vous apporte la bonne nouvelle.
Après l’unique, l’éternelle ‘’remontada’’ barcelonaise (2017) qui en plus de beaucoup d’encre, a fait couler une bonne rasade de flacon d’Emile, voici venue la ‘’non remontada’’ parisienne (2018) qui, elle, bien involontairement, a fait sauter le bouchon d’une Clotade planézole, 6 ans d’âge déjà, Clotade agrémentée de rousquilles du Roussillon.
PS : Et puisse le dicton ‘’L’argent ne fait pas le bonheur’’ remettre à l’endroit la tête de ceux qui l’ont de travers.

 

 Mercredi 7 mars
Hier, en fin d’après-midi, un orage de grêle aussi bref que violent s’est abattu sur le village et vu la grosseur des ‘’gaillards’’, il valait mieux que la vigne roupille encore. Quant aux fruitiers type abricotiers, pêchers, pour certains en pleine fleur, heureusement que l’épisode n’a pas duré. 

 

Lundi 5 mars
                     Joyeux lundi Georges
L’enfant du Pays, le vigneron depuis toujours, à quoi peut-il bien penser en soufflant un gâteau d’anniversaire avec tellement de bougies dessus qu’il faudrait, comme dirait le John, un canadair pour les éteindre ?
Peut-être à cette enfance insouciante et bénie, faite de baignades, de mobylettes pétaradant sous le nez du Catcheur et de bigarreaux chipés sous celui d’Alexandrine.
Il se revoit sans doute, au temps des premières lampes à pétrole et de l’eau tout juste au robinet, lui, le gamin qu’il était alors, épris de liberté, laissant définitivement un jour et sans regret son porte-plume sur le banc de l’école communale pour épouser une vie active faite de pelles, de pioches, de ciseaux et de chevaux.
Du haut de sa jeunesse, il vit pleinement le temps des copains (Francis, Jean, John, Momo, Pierre, Sid…) et exceptée une exceptionnelle escapade allemande de 18 mois pour obligations militaires, il ne s’éloignera jamais trop d’un clocher paroissial rythmant merveilleusement la vie Planézole qui passe.
Plus tard, par une belle journée d’été, il épouse une sympathique Illoise, Josette. Avenue de l’Agly où le jeune couple s’est installé, Magalie et Yannick viennent successivement embellir le foyer.
Garçon infatigable, toujours sur la brèche avec, chevillé au corps, cet amour pour le travail bien fait, il bâtira garages et maisons pour le bien-être de sa famille, s’impliquera sans compter aux conseils (municipal et d’administration de la cave) et côté vignes, traversera toutes les décennies ‘’vigneronnesques’’, s’acclimatant tel un sage de l’air du temps, en passant du jour au lendemain, du ‘’rascle’’ au désherbant, de la charrue au tracteur, des Pradines au Pellenc, du gobelet aux cordons et baguettes, du macabeo à la syrah, des comportes bois à la benne hydraulique, des plantations aux arrachages…..
Passionné de chasse également, il prendra souvent plaisir, en petit comité, à guetter grives et palombes coté Tourèze et toujours accompagné de Beagles ou Griffons, il se régalera une vie entière de ‘’roundinéger’’ à travers la garrigue, manière de les voir courser le gibier.
Aujourd’hui, cheveux argentés et à des ‘’années-lumière de ses premiers ‘’bigos’’, il savoure désormais tranquillement le plaisir d’être en famille au quotidien, aidant son fils Yannick, à qui il a transmis la fièvre et le virus de son métier, mais regrettant bien souvent une époque révolue où se côtoyaient, en bonne harmonie, d’innombrables sauterelles, pinsons, perdreaux et vignerons.
PS : Cerise sur le gâteau, à l’automne d’une vie bien remplie, la petite Lise et le petit Léo, en l’espace de dix jours viendront faire risette à Papi, tout en lui rappelant sans le rajeunir… le bon vieux temps.
Et en souvenir du Kim, du Black et de François, 70 grosses bises à toi Georges.

 

Samedi 3 mars
Unis comme les doigts d’une seule main depuis belle lurette, Barral, Châteaux Planèzes et Cuxous, Terres de Lansac et Rosé Trémoine, une fois de plus, se sont distingués au Concours Général Agricole 2018 à Paris.
Médailles d’or :

  • Côtes du Roussillon Village Latour de France AOC rouge 2016, Château Planèzes
  • Côtes du Roussillon Village AOC rouge 2016, Barral de Trémoine

Médailles d’argent :

  • Côtes du Roussillon Village Caramany AOC rouge 2016, Château Cuxous
  • Côtes Catalanes blanc 2017, Terres de Lansac

Médaille de bronze :

  • Côtes du Roussillon AOC 2017, Rosé Trémoine

En habitués des podiums, nos hauts de gamme viennent une fois de plus, aux portes du printemps, récompenser la patience, la ténacité et l’amour du travail bien fait de ses fiers vignerons.
Et il va sans dire que tout le personnel de la Cave Trémoine, sans exception, est associé bien sûr à cette réussite collective.

 

Jeudi 1er mars
En ce 28 février, à la pointe du jour, la neige, l’espace d’une paire d’heures, est venue se poser silencieusement sur le village et ses alentours.
Si sa pellicule, finalement, était toute ‘’finotte’’, ce spectacle est tellement rare de vue désormais, qu’il faisait bon le savourer.