Mercredi 26 septembre
L’entraide vigneronne existe bien au sein de la cave Trémoine. Les temps nouveaux font que les vendanges s’étirent pour cause de produits bien spécifiques oscillant entre 12 et 15 degrés. Les proprios cueillent ‘’à la carte’’ et, en fonction des sélections, se ‘’prêtent’’ leur colle.
Et Jo était bien content dernièrement de rentrer dans la journée 6000 kilos de grenache noir à destination Trémoine, par le bon vouloir de l’équipe à Marco.


Lundi 24 septembre
A quelques variantes près, les ‘’passégades’’ Pagnolesques printanières et estivales de Louis partent du cellier Trémoine pour bifurquer à la sortie de Rasiguères vers le vieux moulin de Monsieur Loubet de Sceaury et la quiétude des bords de l’Agly.
Ensuite, petite grimpette de la Caussade qui amène les randonneurs au cœur du village Planézol, suivie d’une visite à la chapelle Saint-Pierre (11ème siècle) et au conservatoire de cépages.
La montée vers les mines n’a rien d’une sinécure et le ravitaillement à l’angle de la syrah de Willy (assuré par l’indéboulonnable Laurent) est à chaque fois fortement apprécié.
La descente de Roquecourbe via les mines du temps jadis, la traversée du ruisseau à sec de Trémoine et l’arrivée au point de départ par la vieille fontaine se font pratiquement en ‘’roues libres’’.
Apéro et grillade attendent, tels une juste récompense, les randonneurs qui, avant de passer à table, prennent plaisir à remplir un questionnaire proposé par Louis qui s’est époumoné, quatre heures durant, à raconter l’histoire du Pays comme peu de gens savent le faire, et qui veut quand même savoir au bout du compte si ‘’ses élèves’’ l’ont bien écouté.


Samedi 22 septembre
Les vacances Planézoles ont été enrichissantes pour la petite Seya. Elle a découvert les Musicales de l’Agly, la fraîcheur des plages du Tamarin et Gourd ’en Coq aux côtés de papa Marco et maman Marilou, et bien sûr les agréables balades nocturnes de Opa Sid et Oma Gigi où elle avait tout loisir de regarder les geckos ‘’roundinéger’’ sur les murs.
PS : Prompt rétablissement à notre Ami Hervé, en souhaitant le revoir le plus rapidement possible au village.


Jeudi 20 septembre
Fidèles au poste, ils sont là quotidiennement (Florence, Hugues, Jean-Luc) pour servir, tout sourire et avec gentillesse, les innombrables clients du cellier Trémoine.
Indispensables maillons de chaîne d’une cave pas comme les autres, ils symbolisent haut la main le parfait état esprit qui règne en ces lieux depuis belle lurette.


Mardi 18 septembre
Chaque fois que le terme sent bon le raisin, l’Ariégeois Auguste se fait grand plaisir de venir y renifler à pleins poumons pour ramasser figues, noisettes et macabeos.
Et s’il goûte depuis peu à une retraite méritée, il aime bien parcourir le territoire Planézol en souvenir de ses nombreuses vendanges effectuées chez François et Paul Loubet de Sceaury, sans oublier de faire ‘’le plein’’ au cellier Trémoine.


Dimanche 16 septembre
Deux fois par semaine (mercredi-dimanche), ils se réunissent dans la bonne humeur et dans leur salle fétiche, les Vignerons de Trémoine, manière de mettre au point la rentrée des diverses cueillettes. Et si, comme bien sûr, chaque millésime à ses propres préoccupations, le savoir-faire du staff technique, tel l’Etoile du Berger guide à bon escient tout ce beau monde.


Vendredi 14 septembre
Insensible aux geckos savourant une petite sieste méritée à l’ombre de grappes gorgées de soleil, elle passe, la Pellenc, les secouant comme des pruniers, pressée d’amener en un temps record la récolte à la cave.
Pressée malheureusement comme le monde d’aujourd’hui, reléguant aux oubliettes sans le moindre remords les ‘’colles’’ multicolores de vendangeurs et reléguant aux oubliettes l’essence même du plaisir de cueillir sa récolte bichonnée toute l’année.


Mercredi 12 septembre
Le premier en vacances longue durée et la deuxième en semi-retraite forment un duo redoutable quand il s’agit d’évaluer ‘’a vista de nas’’ un pauvre ‘’trastou’’ en fin de carrière, ‘’trastou’’ qui a rendu des décennies durant de fiers services.
Du coup, le vieux Saviem tout bleu parqué à quatre pas du clocher s’est vu inspecter sous toutes ses coutures et il faut croire que ‘’le contrôle technique’’ s’est bien déroulé car aux dernières nouvelles il est en partance pour Toulouse.


Lundi 10 septembre
De la même lignée que ses tontons Jean-Louis et Joseph qui, dans les années 60, suivaient haut la main la ‘’llaque’’ dans la colle Jimenez, Irina, sécateur en main se régale d’apporter sa pierre à l’édifice des vendanges de son papa Pierre et de l’oncle Jo.


Samedi 8 septembre
Place de l’église, à chaque fin d’été synonyme de vendanges, Rupert vient ‘’roundinéger’’ au village pour faire le plein de balades, de lectures et de tranquillité.
Et cette fois, à force de patience et du haut de sa gentillesse, il est tout content d’avoir fini par apprivoiser la petite minette rousse des voisins.


Jeudi 6 septembre
Calée sur celle des Syrah, Carignan, Grenache, Muscat, Macabeo et Cie, la cueillette des Stanley, Starkrimson, Royal Gala, Reinette, Golden, Granny Smith, Conférence, Louise Bonne, pêches tardives … est un véritable régal à l’approche de l’automne et, des fois qu’un vieux sanglier solitaire gavé de muscats veuille, sait-on jamais, d’un seul coup d’un seul changer de menu, mieux vaut mettre la récolte à l’abri avant de voir ses arbres ‘’asboudragués’’ .


Mardi 4 septembre
Par une belle après-midi caniculaire sur les Peyrelis, une colle de vendangeurs se régale de ‘’trier les blancs’’ sur un secteur classé ‘’château Planèzes’’ et pour rien au monde elle n’échangerait sa place privilégiée pour la fraicheur d’un bord de mer méditerranéen.


Dimanche 2 septembre
Un été qui passe sans pétanque (ni rosé) se retrouve tout compte fait une fois fini, orphelin de cette précieuse ADN transmise ‘’fa temps’’ par les inoubliables, irremplaçables et immortels Dédé, ‘’Peps’’ et Sylvio, aussi, Merci au John d’avoir ouvert aux quatre vents son terrain sur le Pujol, manière de perpétuer un petit peu cette profonde nostalgie des parties de pétanques Pagnolesques.