Mai

 

Mercredi 31 Mai

Hier à la mairie, le groupe Ostinata s’est réuni pour préparer son concert du 16 Juin prochain à Rasiguères.
La tension et le stress ne sont pas encore là, mais comme dans les tournois, à mesure que l’événement se rapprochera, l’Adrénaline se pointera au galop.

Mardi 30 Mai

En fin d’après- midi ce Lundi, Sid notre maire, mais surtout notre ami, est rentré à la clinique Saint- Pierre . A l’heure où nous écrivons ces lignes, l’opération  doit être passée. Souhaitons lui un rapide rétablissement, et qu’il profite bien de ces huit jours de clinique pour bien se reposer.

Lundi 29 Mai

Ce Dimanche 28 était réservé à la fête des mamans, et elles le méritent bien . On peut dire ce que l’on voudra, être blanc, jaune, rouge ou noir, on en a  (ou eût )tous une. Alors, lorsque l’on a la bonne chance de pouvoir faire un gros bisou à sa maman en cette occasion, il ne faut pas la rater. Une fois qu’elle n’est plus là, ce n’ est
plus possible.

Dimanche 28 Mai

La petite maison située rue de l’Aire où, dans les années 60, vivait la famille Rodriguez est en plein travaux.
Récemment rachetée par Brigitte  et Sidney, les cloisons commencent à tomber.
Comme dans toutes les vieilles maisons retapées depuis par les nouvelles générations, la tendance est aux grands espaces et aux larges ouvertures .
Alors, de passer la porte et de voir le chantier où jadis demeuraient Vincent , son épouse Dolores et leurs trois filles, Fuensanta, Loli et Evelyne, ça fait remonter à la surface cette enfance où il faisait toujours soleil et où il nous semblait qu’il y avait des cerises toute l’année.
Dans un coin, échappé pour le moment à la démolition, le vieil évier attend sa dernière heure. Il est certain que la maman Dolores a dû y faire des centaines de vaisselles.

Samedi 27 Mai

Dernièrement, Brigitte qui a l’habitude d’aller se promener vers les Tamarins, a ressenti un véritable choc en constatant que plusieurs arbres avaient été, purement et simplement tronçonnés, débités et emportés.
Seul, restait dans un coin entassé le feuillage des branchettes.
Des arbres qui, soulignons-le, depuis des années, faisaient le bonheur et l’ombre des amoureux du Tamarin. Des arbres d’autant plus vulnérables et faciles à couper qu’ils avaient été soigneusement sélectionnés par Hervé, depuis des lustres, pour justement rester bien en place et à des endroits bien précis.
Ce triste manège durant depuis quelques jours, Brigitte décide d’aller y poser un écriteau interdisant la coupe des arbres et… tombe nez à nez avec les responsables, tronçonneuse à la main.
Après une discussion tenant à démontrer l’absurdité de la chose, les personnes concernées, toutes penaudes, s’en iront en promettant de ne plus revenir dans le secteur faire du petit bois.

Vendredi 26 mai

Samedi dernier, nous avons revu avec plaisir la famille Jean (Odette la maman et Bernard le fils) en visite à Planèzes chez Juliette.
La compétition de tir à l’arc ayant eu lieu ce même jour, nous avons pu nous libérer une petite heure pour refaire connaissance après tant d’années écoulées et parler justement d’un passé qui tient une place importante dans nos cœurs.
Autour d’un petit muscat, ce passé est remonté à la surface sous la forme de vieilles photos (qui nous ont été gentiment prêtées). Bernard, enthousiasmé autant que nous, nous en a promis d’autres ainsi que le double de son arbre généalogique remontant à 7 générations.
Quel plaisir vraiment à travers ce site de retrouver des personnes attachées au village, des personnes qui apportent à leur manière des petites pierres à l’édifice de notre site.

Jeudi 25 mai 

Le mois d’avril passé, on peut le dire, sans une seule goutte de pluie, suivi d’un mois de mai du même acabit qui tire sur sa fin, il n’en faut pas plus aux jeunes plantations ou aux jeunes arbres pour souffrir de la sécheresse. Quelques feuilles brûlées en bout de rameau témoignent de la séquade en surface et il vaut mieux assurer le coup en arrosant abondamment.
Merci aux enfants qui, tout en jouant avec l’eau sortie des tuyaux, arroseront le plus sérieux du monde noisetiers, cerisiers, verveines et compagnie.

Mercredi 24 mai 

La tramontane, levée depuis lundi après-midi, et qui nous avait gentiment laissés préparer la journée de tir à l’arc, se renforce petit à petit. Il est question qu’elle souffle jusqu’au week-end. Aussi, délaissant les traitements rendus impossibles par ce vent fort, nos viticulteurs se hâtent lentement de placer les longs sarments fragiles de syrah bien à l’abri entre les fils de fer ; travail fastidieux et long qui, parfois, nous fait bien regretter la belle époque du macabeo qui, lui, nous laissait le temps d’aller se baigner et de manger des cerises trois fois par jour… au moins.

Dimanche 21 mai

Nous nous sommes vraiment régalés de donner un coup de main à Annie, Gilles et Benjamin pour préparer du mieux possible leur parcours découverte de tir à l’arc.
Pour cette première dans le département, même la tramontane oubliait de souffler et le soleil, lui, était bien de la partie.
Tellement présent qu’une deuxième buvette a semblé nécessaire à l’ombre des mimosas, dans le jardin de Monsieur Loubet en plus de celle placée au terrain de foot.
 Une bonne trentaine d’archers ont répondu présent à l’invitation. Ces derniers, par 2 ou 3, formeront rapidement les pelotons. Douze cibles différentes étaient placées dans et autour du village. Les deux premières, vers la Chapelle ; la 3ème , derrière l’école, à l’ancien terrain de pétanque ; la 4ème et la 5ème dans le jardin de Monsieur Loubet ; la 6ème à la Fougasse ; la 7ème aux Gîtes ; la 8ème aux anciennes cabanes du Château ; la 9ème derrière chez Robin ; la 10ème et 11ème au terrain de pétanque du haut, sous les pins et la 12ème (le sanglier en 3D) dans le virage, sous la  vigne de Pasquet. Un petit parcours du combattant attendait donc les jeunes archers. Parcours qui a commencé au son de deux coups de fusil tirés… à l’air.
Chaque peloton placé devant une cible différente, entamait à ce moment-là le début de son parcours. Ex : le peloton placé à la cible 8 finissait son parcours à la cible 7.
Il y avait 6 cibles de campagne, 3 cibles animalières et 3 cibles animalières en 3D (cerf, chevreuil, sanglier).
Autour de 16h30, tout ce beau monde se retrouvait au terrain de foot pour les résultats.
Une chose est certaine : les présents sont tombés sous le charme du village, appréciant sa beauté, son calme et … ses cerises dans la traversée des vignes.
Après les discours des officiels, la remise des récompenses s’ensuivait. Tous ces jeunes repartaient ,au minimum, avec une médaille autour du cou. Un pot offert par les Archers de la Tourèze clôturait cette superbe après-midi.

Un grand merci à tous les bénévoles qui, un peu plus tard dans la soirée, finiront, pour la plupart, la saucisse grillée de midi accompagnée d’un rosé bien frais.

Samedi 20 mai

Vendredi après-midi, à 14h, afin de préparer l’organisation de la journée de tir à l’arc du lendemain, nous nous sommes retrouvés une bonne équipe autour du gros camion bleu de Jo.
Nous sommes allés à Latour récupérer 5 barrières métalliques prêtés aimablement par la Mairie et un gros parasol chez le grand-père de Pauline, l’amie de Benjamin.
Ensuite, placés deux de ses barrières en travers des chemins de rivière menant au village avec un arrêté signé du Maire collé dessus (stipulant de ne pas les emprunter le jour de la compétition). Nous en avons profité pour dire un petit bonjour à René qui, bichonnant son jardin, se demandait bien ce qu’on faisait dans le coin. Après avoir préparé tables, chaises, frigo, chevalets de cibles, la fine équipe se séparait autour de 16h en buvant de la Volvic bien fraîche et en se donnant rendez-vous le lendemain.
Le lendemain donc, pour finir de placer les cibles et les animaux car il est plus prudent, à 150€ pièce la cible et plus de 400€ l’animal, de les laisser bien sagement à l’abri entre quatre murs et un toit.

Jeudi 18 mai 

Hier soir, à la Mairie, à 20h30, avait lieu la réunion mensuelle de l’association Triangle. Le but, bien sûr, étant de discuter des Musicales de l’Agly 2006 qui arrivent à grands pas. Le gros du travail étant fait depuis longtemps, la discussion s’est engagée sur l’affiche de ses Musicales ainsi que sur les programmes qu’est venue nous présenter Coco. Quelques légères modifications à apporter et tout pourra partir à l’impression !
En ce qui concerne les programmes des stages, chacun s’est vu attribuer deux ou trois villages où faire passer l’information.
Les logements destinés aux maîtres de stages et aux musiciens sont tout trouvés, entre autres, le grand gîte, ancien atelier du John.
Un petit tour de table a vite montré qu’il restait encore des places dans à peu près tous les stages, sauf le chant adultes, pratiquement déjà complet.
L’équipe a mérité de souffler jusqu’au mois prochain !

Mercredi 17 mai

La DDE a trouvé la bonne formule pour allier vitesse et efficacité pour le désherbage des bords de la route. Le premier employé conduit pendant que le deuxième, assis derrière, à l’aide d’une lance, pulvérise les côtés de notre chère départementale. Dommage que pour ressuivre, en été, dans les vignes, les mauvaises herbes rescapées du désherbage hivernal, on ne puisse pas utiliser la même méthode.

Mardi 16 mai 

Le temps est instable depuis deux jours avec plutôt tendance à la pluie.
Mais, il fait quand même bon pour soufrer. Et si le ciel est peu étoilé ou pas du tout la nuit et au lever  du jour, le soleil finit toujours par sortir en cours de matinée. Le soufre, du coup, lui, fait l’effet escompté. Certains,  comme Pierre en ce moment, traitent pour l’eudemis mais d’autres, soit à la soufreuse, soit à la pompe à dos, combattent l’oïdium. Georges, qui a souvent le mot pour rire, disait tout en travaillant : « Ne prends pas de photo ; ‘’ils’’ penseront en les regardant que nous sommes encore ici en 1900. »

Lundi 15 mai

Quand on se promène vers la Chapelle, on ne peut s’empêcher de remarquer le petit conservatoire de cépages qui, petit à petit, au fil des ans, a pris racine sur le toit de notre ancien Cellier de la Chapelle. Les rangées de cinq souches, bien alignées, sont nommées « macabeu », « grenache », « syrah », « muscat », « carignan » etc. On reconnaît, au premier coup d’œil, le doigté de Margarete. La vigne est belle ; les rosiers sont fleuris et vu, la couche de soufre posée sur les bourgeons, l’oïdium a dû fuir à tire-d’aile.

Dimanche 14 mai

Hier, le samedi était réservé aux Archers de la Tourèze. Le matin, à 7h45, départ vers Sorède pour Gilles, Benjamin, Christian, Sid, Jo et Henri. Ceci, afin de récupérer le matériel nécessaire à l’organisation de la journée « tir à l’arc » de samedi prochain à Planèzes. Le camion prêté par Eric et Jean-Pierre est revenu rempli de chevalets et cibles et celui de Sid, abritait des animaux en résine dure : un cerf, un sanglier et deux voisins de la chèvre (isard ? mouflon ?). Le voyage aller-retour s’est passé sans histoire et l’accueil à Sorède était vraiment sympathique. L’après-midi, à Perpignan, à côté du lycée Mailloles, à 13h30, une nouvelle compétition attendait nos petits archers. Si leurs records personnels ne sont pas tombés, le mauvais temps y a été pour quelque chose. A 10 minutes près, après une grosse demi-heure à patienter abrités dans le gymnase à regarder tomber la pluie, la compétition était annulée. Les enfants, eux, ont inventé mille jeux pour passer le temps. Les organisateurs, entre les goutelettes, décidaient de débuter la compétition, et au fil des flèches décochées, le soleil, petit à petit, fera son apparition pour prendre toute la place dans le ciel. Un stylo et un porte-clé en souvenir, notre trio infernal reviendra au village comblé et heureux de s’empiffrer de cerises sur le coup de 19h dans un coin tenu secret.

Samedi 13 mai

N’allez pas chercher loin ce que vous avez tout près. Besoin d’un appareil ménager ? d’un téléviseur couleur ?
La maison Calas d’Estagel est là et livre même à domicile. Pour connaître Monsieur Calas depuis belle lurette, on sait pouvoir se reposer sur sa gentillesse, son dévouement, sa compétence et… ses prix pas plus hauts qu’ailleurs.

Jeudi 11 mai

Nous prenons beaucoup de plaisir sur notre site, ça c’est sûr !
Mais quand, en plus, grâce à lui et par lui, nous recevons des messages de félicitation de personnes ayant vécu au village nous disant combien ils sont heureux de découvrir le site, ça vraiment, c’est une belle récompense !
Dernièrement, Monsieur Bernard Jean a pris contact avec nous. Sa famille, on serait tenté de dire, habitait Planèzes depuis la nuit des temps ! Il nous fera le plaisir de nous rendre visite à la fin du mois avec des photos de famille du temps passé. Sur la photo prêtée aimablement par Magguy, nous voyons de gauche à droite, Bernard Jean, Alcaïne Louise et son mari Mariano, Claudine Jean et Maryse Malet épouse Sales.

Mercredi 10 mai

En visite à Narbonne, l’occasion était belle de prendre en photo le matériel de notre PDG Cyril. La finition, les détails, les retouches, tout est fignolé et filtré avec le plus grand soin sur ce grand écran plat avant la mise en page.

Mardi 9 mai

Une tramontane modérée s’est levée remettant à plus tard les traitements anti-oïdium au souffre sec. En attendant, le relevage des palissages va pouvoir commencer par endroits afin de préserver les longs sarments de syrah. Si Dame Tramontane venait à hausser le ton, elle occasionnerait pas mal de dégâts. On peut aussi s’amuser à nettoyer les souches, surtout les grenaches noirs de tous leurs bourgeons inutiles. Ils seront ainsi beaucoup mieux aérés et ne s’en porteront pas plus mal.

Lundi 8 mai

Le temps des cerises et des premiers bigarreaux arrive doucement. Mais les enfants d’aujourd’hui ne semblent pas avoir les mêmes démangeaisons que leurs aînés des années 60. Il n’y a plus, hélas, d’Alexandrine ou Joséphine pour rajouter un peu de piment à l’histoire. Le désherbant, il est vrai, s’est occupé de clairsemer jusqu’à presque rien les cerisiers chargés de griottes qui ont fait notre bonheur d’enfant durant au moins … trois décennies et qui, tels de gros champignons rouges, embellissaient le paysage. Mais, bon ! A voir les enfants continuer à grimper sur ces arbres bénis pour en dévorer leurs fruits, ça fait toujours chaud au cœur.

Dimanche 7 mai

S’il vous arrive parfois, en descendant sur Latour de France, de contourner ce village par la passerelle pour en éviter sa circulation, vous risquez de remarquer un homme d’un âge certain travaillant sa vigne de muscat.
Cet homme au visage buriné par le soleil, les années et le travail s’appelle Ernest Foussat. Natif de Rasiguères, passionné de rugby, éternel sourire collé aux lèvres, il bichonne sa petite vigne par tous temps.
Si vous avez cinq minutes, prenez-les et arrêtez-vous discuter avec lui. Vous ne le regretterez pas : il connaît tellement de choses : la vie de la Cave de A à Z, une bonne tranche du passé de son village de toujours, Rasiguères, et bien sûr, plein d’autres choses dont le rugby.

Samedi 6 mai 

Les jeunes mamans Planézoles font souvent le tour du Pla avec leur progéniture.
Elles sont tout sourire et respirent une belle joie de vivre.
Ce  n'est pas que les roulements des landaus grincent un peu sur les bords mais on les entend arriver de loin tellement elles ont des choses à se raconter.
En tout cas, cela fait grandement plaisir de voir tous ces bébés au village.
MAGALIE et ERIC attendent le second pour la période des vendanges. Dans le courant de la semaine prochaine le petit MATTEO saura si un petit frère ou une petite sœur  partagera bientôt ses jeux.
Et dernièrement, à l'occasion du lundi de Pâques, CHRISTINE MALET et sa petite ANDREA nous ont annonçé un heureux évènement pour le mois d'Octobre.

Vendredi 5 mai

Cyril de retour chez lui à Narbonne.
Parti à Cerbère en novembre, cela n’a pas été une partie de plaisir pour Cyril de s’occuper du site. Des problèmes liés au fait que le centre de Cerbère est bien encastré au fond d’un trou, près de la mer, lui ont causé beaucoup de soucis.
Il lui tardait vraiment de retrouver Narbonne et l’ADSL.
Aujourd’hui, tout est rentré dans l’ordre et si le compte-tour du site a été remis à zéro, c’est pour cause de changement d’hébergeur. En clair, pour le site, plus d’options, dix fois plus de place et toujours gratuitement.

Jeudi 4 mai

Hier soir, à la Mairie, à 19h30, les Archers de la Tourèze tenaient une réunion afin de commencer à organiser leur après-midi du 20 mai. Ce jour-là, en effet, la compétition qui aura lieu à partir de 14h00, un peu partout dans le village et ses alentours, demandera beaucoup de volontaires pour son déroulement, compétition dite : ‘’Parcours de découverte’’. Même si nous n’étions pas très nombreux à la réunion, l’association sait pouvoir compter sur pas mal de bénévoles pour leur donner un coup de main. Un rendez-vous est déjà pris pour aller chercher les cibles à Sorède le 13 au matin. Le gros du travail se fera la veille, le 19, et les finitions, le 20 au matin. Une belle journée nous attend sans aucun doute. Près de 80 participants sont attendus : ça va faire du monde dans les rues.

Mercredi 3 mai

Cette fois, les traitements ont démarré pour de bon. La traque à l’oïdium a débuté et il faut être matinal pour arriver le premier à la pompe située légèrement en dessous du pont. A la lueur des phares, nos bons viticulteurs remplissent leurs cuves afin de traiter le plus tôt et du même coup, le plus longtemps possible. La marinade forte s’invitant tous les jours aux environs de 10h rend difficile le positionnement du produit sur les souches par les voûtes et les canons. Ceux qui font le premier tour à la pompe à dos ou aux tuyaux peuvent traiter plus longtemps. Vivement le mois d’août pour le dernier traitement et quelques jours de vacances méritées avant les vendanges.

Mardi 2 mai

Le beau temps était au rendez-vous, hier, en ce jour de Fête du Travail.
L’occasion était belle de faire, à l’ombre des fruitiers, une bonne grillade arrosée des vins du terroir (rosé Trémoine et Château Planèzes, par exemple).
L’occasion aussi de revoir l’ami Thierry venu de Paris aérer sa maison, l’espace de trois jours. Nous avons croisé également le chemin de Claude et Jean, venus rendre visite au petit Romain. Que le temps passe vite en bonne compagnie, le travail  remis au lendemain et lorsqu’on peut faire une sieste réparatrice après la côtelette et le rosé.

Lundi 1er mai

En ce jour de fête, il nous est agréable d’annoncer, certes avec un peu de retard, la naissance du petit Romain au jeune foyer de Céline et Bastien. Arrivé avec un peu d’avance, pressé déjà de connaître Planèzes, Romain mesure 47,5 cm pour un poids de 2,760 kg. La maman se porte à merveille, le papa est ravi, Robert a pris un coup de vieux, un de plus, Marie se régale à l’avance de pouponner et Romain et Eva, et bien sûr, Jeannette et Fernand sont des arrière-grands-parents comblés.