Mars

 

Jeudi 30 mars

Sur le coin des Fontasses, à l’ancienne vigne de Dédé Malet, Jo est sûrement en train d’y tailler les derniers sarments de la saison 2005-2006.
Ce sera chose faite en fin de semaine. Il lui tarde vraiment de passer à autre chose de moins fastidieux. Malgré la lassitude, il fait preuve, pour les dernières souches, de la même attention prodiguée à toutes les autres depuis début novembre.

Mercredi 29 mars

Balade au bout de la nuit avec nos sympathiques éboueurs.
Ils sont partis à minuit pile de Latour de France pour n’y revenir qu’aux environs de 7h, fatigués mais le camion nettoyé, nickel et son plein de gasoil fait pour remettre ça au prochain minuit suivant. Cette fois, la nuit était douce. Pas de pluie. Pas un chat. Pas de vent. Pas de température sous le zéro et un peu moins de containers que d’habitude.
Tout de même, sept heures de file à vider les poubelles, à rester agrippé à une barre de fer derrière le camion, les pieds posés sur une plaque de 40cmx30cm à chaque déplacement, c’est pas donné à tout le monde.
On peut estimer de 25 à 30 km les trajets dans les ruelles en une seule nuit.
Heureusement que l’équipe fonctionne bien et que le moindre détail est calculé de près pour faire au mieux et au plus vite. Et surtout, ils font bien de commencer à cette heure-là, sinon, qu’est-ce que cela donnerait avec de la circulation. 1000 euros par mois pour ce boulot, ce n’est pas le grand luxe !
Si toutefois certains esprits tordus venaient  à penser que c’est cher payer, ils sont chaleureusement invités à s’installer le temps d’une petite semaine derrière le camion. Ils réviseraient sûrement leur jugement s’ils venaient à finir la dite semaine sans « s’asboudraguer » sur la chaussée.
En attendant, il est question de les réaccompagner bientôt pour visiter les autres villages. Et surtout, rendez-vous est déjà pris pour cet été quand dame Canicule fabrique des asticots à tire-larigot, asticots qui prennent un malin plaisir à leur faire des chatouilles sous les gants.

Mardi 28 mars

La période de la taille se termine et celle, quoi que brève des asperges, commence. Il y  en a tellement que, comme on dit, il suffit de se baisser pour les ramasser. Sans être un fan de la cueillette, à les voir pointer leur nez au coin de la moindre matte, on imagine sans peine le plaisir de celles et ceux qui aiment à s’enfoncer dans les fourrés pour les taquiner. Vu l’humidité ambiante, la récolte devrait être bonne en ce début de printemps.

Lundi 27 mars

Benjamin et Gilles commencent à penser sérieusement à la journée de tir à l’arc programmée en mai au village.
Pour leurs protégés, ils sont en train de calculer la longueur de flèche idéale pour ce parcours en 12 cibles qui sort un peu beaucoup de la routine d’une traditionnelle compétition en salle. Là, il sera question de tirer de près, de loin, de bas vers le haut, de haut vers le bas, sur des cibles où il faudra parfois évaluer les distances.
Plus la flèche sera courte, vu que les gamins tireront parfois plus loin que d’habitude, plus elle filera droit sans être influencée par la souplesse de sa longueur. Alors d’ici là, Pierre et Léo, en écoutant bien les conseils et recommandations de leur professeur, devraient arriver à bien se débrouiller. Surtout, que le beau temps arrivant, il est question de passer à deux séances hebdomadaires en plein air.

Dimanche 26 mars

C’est bien connu. Une bonne partie de foot avant de prendre le bus pour se rendre à l’école, il n’y a rien de mieux pour se remettre les idées et les tables de multiplication en bonne place.
Et tant pis si on prend le bus décoiffé avec un peu de poussière sur les souliers. Il n’est pas rare ces derniers temps de voir les gamins, ballon au pied, s’en aller au terrain de foot à peine descendus du bus aux alentours de 17h15. Ou alors, ils font leurs gammes en l’attendant à 8h45. Du coup, on se met à les envier et surtout on prend le temps et le plaisir de les regarder s’amuser.

Samedi 25 mars

En ce jeudi après-midi où le soleil était de sortie, Juliette prenait le café dans sa cour avec notre doyenne Jeanne, sa fille Andrée, la nièce de M. et Mme Vandewoude, Myriam et son mari André, sans oublier Magguy et son petit fils Mattéo. M’y rendant en quête d’informations pour approfondir l’histoire de notre bonne vieille école communale, je n’ai pas eu à le regretter. Beaucoup de scoops des années 20 à 50 sur l’église, l’école, les abbés et les instituteurs et, cerise sur le gâteau, suggéré par Magguy, la possibilité de prendre en photo Jeanne née en 10, Juliette née en 20 et Dédé née en 30. Vraiment l’appareil photo numérique, il est né 50 ans pas assez tôt… En tout cas, comme toujours, parler du temps passé avec celles et ceux qui ont connu les rues de Planèzes avant nous, c’est … rafraîchissant.
PS : n’oubliez pas cette nuit d’avancer vos montres et vos pendules d’une heure. Pour ceux qui sont à l’heure vieille, ne pas toucher les aiguilles.

Vendredi 24 mars

La période de désherbage tire doucement à sa fin. Et il vaut mieux car, sur les muscats petit grain, les bourgeons sont bien gonflés et ne se feront plus guère prier pour s’ouvrir.
Willy et Bastien, courageusement et patiemment avec leur atomiseur, se chargent de désherber les pentes pendant que leurs parents Robert et Marie, aux tuyaux, s’occupent des plats.
Il faut vraiment être jeune, en bonne santé et avoir des articulations bien graissées pour s’attaquer les pentes à l’atomiseur.
C’est sûrement et de loin, la manière la plus pénible pour effectuer ce travail. A les voir faire, ça fait remonter des souvenirs de jeunesse. Et ma foi, pourquoi ne pas se remettre l’atomiseur sur le dos si, en échange, on pouvait enlever de celui-ci au moins 25 bonnes années de travail accumulé ?

Jeudi 23 mars

Réunion mensuelle de Triangle à la Mairie.
Cette fois, ça y est !
Les stages sont choisis : tir à l’arc avec Benjamin, chant et rythme  d’Amérique Latine avec Violeta Duarte, percussions avec Tito, dessin-animé avec Sue, chants polyphoniques avec Jean-Pierre Meyran, MAO (musique assistée par ordinateur) avec Jean-Jacques, sardanes et jotas avec les Menestrells del Rosselló. Le choix est  vaste et tous les groupes d’âge peuvent y trouver leur compte…
La programmation des concerts est également fixée. D’ici quelques jours, tout sera sur le site, à la rubrique ‘’Loisirs ‘’ (sous-rubrique ‘’festival’’).
L’affiche est en train de s’élaborer et les idées ne manquent pas à Corinne.
Rappel des dates du festival : du 8 au 11 juillet.

Mercredi 22 mars

Il n’est pas peu fier, le John, de nous «espatarer » sous le nez, ses quatre maillots des Pallagoustys flambant neufs floqués du numéro 2. Il doit bien être le seul joueur de l’équipe planézol des années 80 à les avoir conservés intacts. Qu’ils soient bleu ciel, jaune, rouge ou noir, à les voir aussi nickels, c’est à se demander s’il a vraiment joué avec l’équipe. Heureusement qu’encore aujourd’hui, les pauvres chevilles de notre ami Pierre Dedeus peuvent témoigner de la classe des tacles haut de gamme et hauts tout court du John, sinon on pourrait en douter.

Dimanche 19 mars

Jeudi dernier, se tenait au stand de la Coopérative, la deuxième dégustation en 8 jours de nos vins.
Celle-ci concernait le millésime 2005 en blanc, rouge et rosé. Monsieur Jean RIERE, ancien œnologue de la Cave nous a fait la surprise et le plaisir d’être parmi nous. Comme lors de la dernière dégustation des vins issus des vignes dédiées, la quinzaine d’échantillons sélectionnés ont montré beaucoup de caractère, de fruité, se révélant tous d’un grand niveau. Ne doutons pas du savoir-faire de l’équipe de la Cave pour en tirer le meilleur parti.

Samedi 18 mars

On a déjà souligné que la lune ces derniers temps était ronde. En dehors du désherbage, il est à noter que pour les amateurs de pommes de terre, c’est la bonne quinzaine pour les semer. Passée la fin du mois, gare à ne pas se tromper de lune. Les anciens, toujours, sont d’accord pour dire que les semer en nouvelle lune, ce n’est pas la meilleure des idées.

Vendredi 17 mars

Hier soir, à la Mairie, à 18h30, les Archers de la Tourèze tenaient une réunion afin d’expliquer le déroulement de la journée qu’ils proposent le samedi 20 mai à Planèzes.
En effet, ils organisent une compétition de tir à l’arc nommée « Rencontre Jeunes sur Parcours Découverte ». C’est très différent d’une compétition en salle. Les Archers, là, en plein air, suivant un parcours bien défini et avec de bons souliers, vont se déplacer de cible en cible (12 au total) :

  1. 6 cibles, tir en campagne (3 distances connues, 3 distances pas connues)
  2. 3 cibles de parcours nature (un petit, un moyen et un grand animal)
  3. 3 cibles 3D (le matériel est prêté par le Comité Départemental)

Les distances de tir varient de 5 à 25 mètres. Pour les récompenses, il est à noter la bonne idée des organisateurs de récompenser, en plus des trois premiers, tous les autres participants par une belle médaille.

Une prochaine réunion se tiendra le 20 mai pour peaufiner l’organisation et savoir « qui fait quoi ».
Vu le nombre de personnes présentes à la réunion pour aider l’Association, soyons sûrs qu’une belle journée nous attend. Surtout, qu’une grillade est offerte aux bénévoles, et qu’on se le dise !!!

Jeudi 16 mars

La lune était ronde hier, avant le lever du jour. Mais au sol, pas la moindre trace de gelée, si ce n’est vraiment, dans les bas-fonds. Aussi, les vignerons sont partis nuit noire remplir leur cuve à la potence de la rivière pour commencer le plus tôt possible. Le temps a été magnifique ; la marinade s’est installée et cela devrait durer au moins jusqu’à vendredi avant la pluie annoncée pour le week-end.

Mercredi 15 mars

Il faut dire les choses comme elles sont : notre bon ferronnier Alex est un phénomène. Point à la ligne.
Quelque soient les problèmes que nous puissions rencontrer, s’ils ont, de près ou de loin un petit rapport avec sa profession, il vient, il réfléchit, il mesure et… paf ! plus de problème.
On ne saurait compter le nombre de fois où, par sa dextérité et sa créativité, il nous a, tous autant que nous sommes, dépannés.
Les derniers en date sont Jo et Pierre, bien contents que les bras de leur voûte refonctionnent normalement pour pouvoir désherber très prochainement.
Un grand merci à toi   Alex, pour toutes ces réparations passées et … à venir.

Mardi 14 mars

Il paraissait évident, après cette période où la tramontane s’est régalée de nous agacer que, dès qu’elle calmerait le jeu, le désherbage pourrait enfin commencer.
Aujourd’hui, s’il a fallu se  retenir de commencer avant 8h à cause de la gelée et de choisir les coins bien ensoleillés, il y avait beaucoup d’agitation et d’allées venues un peu partout sur le terme à l’image d’une fourmilière qui se réveille.
Les canons, voûtes et tuyaux étaient de sortie et, vu le temps annoncé en fin de semaine, il vaut mieux ne pas trop traînailler sur le sujet.

Dimanche 12 mars

Dernièrement à la Mairie, le Comité des Fêtes présidé par Marie-Alice tenait une réunion à 20h.
Ordre du jour :

  1. préparation de l’animation du jour de Pâques à la Chapelle
  2. organisation du 1er vide-grenier

Les mercredis 5 et 12 avril, à 14h, les enfants fabriqueront des œufs géants (en papier bien sûr) pour décorer la Chapelle. Ils seront supervisés par Marie-Alice et Martine.
Des œufs en chocolat, des vrais, seront cachés autour de la Chapelle le jour de Pâques et, n’en doutons pas un seul instant, découverts jusqu’au dernier par nos petits gourmands.
Les personnes désireuses de lire un conte traditionnel, pourront le faire à cette occasion. Grands et petits sont cordialement invités à cette belle après-midi.

Pour le vide-grenier, la date est à priori fixée au 22 octobre car des délais sont nécessaires afin d’obtenir les autorisations de la Préfecture. Une réunion se tiendra le mercredi 30 août à 20h à la Mairie, afin de peaufiner la mise en place de ce premier vide-grenier au village.

Samedi 11 mars

C’est la première tournée de la Commission Technique et Sid et Willy accompagnaient notre conseillère agricole Sophie pour re-suivre toutes les parcelles des vignes dédiées en Château Planèzes, Gravières, Moura Lympany ou autres…
Le but, pour l’instant, est de vérifier la bonne taille de ces vignes (longueur des baguettes en guyot, nombre de coursons en cordons de royat) et le problème des sarments. Ce n’est pas une mince affaire de passer tous ces hectares et ceux qui se dévouent pour cela ont bien du mérite.

Vendredi 10 mars

Lorsqu’on est très peu outillé et que l’on rencontre de petits problèmes dans les vignes (tels que certains endroits abîmés par les orages pour le passage des véhicules), il est agréable de recevoir un coup de pouce de celui qui, par contre, l’est (outillé).
Et dans notre village, rare est celui qui se tient en arrière quand il peut rendre service bénévolement. Aussi, une fois aidé, une fois aidant, la vie paraît bien plus facile à tout le monde.

Jeudi 9 mars

Hier, à 17h30, avait lieu à la Cave Coopérative de Rasiguères, une dégustation sur les vins issus des vignes dédiées pour la récolte 2005. En présence de nombreux viticulteurs, de tout le staff de la Cave, ce ne sont pas moins d’une douzaine d’échantillons de syrah, grenache noir et carignan qui ont été ainsi dégustés puis commentés par notre œnologue, Monsieur Jean-Michel Barcelo. Le résultat de cette dégustation prouve que le travail bien fait paie quant au niveau de la qualité de nos vins. Pour le prix, espérons que la crise viticole s’atténuera doucement et que les beaux jours reviendront surtout pour nos jeunes installés depuis peu.

Mercredi 8 mars

Un petit tour au Pujol dernièrement a permis de vérifier que les poules de Benjamin n’étaient pas trop traumatisées par le sens dessus-dessous de leur maison dû à la folle tramontane de dimanche. En effet, toutes grassouillettes, pas farouches pour un sou, elles sortent de leur abri à coups de « cot cot cot ! » au moindre passant venu les saluer.

Mardi 7 mars

Si la taille de la syrah peut paraître plus ou moins difficile et risquée pour les lames de nos ciseaux, vu le palissage des fils de fer, les attaches Fénox ou autre, une fois terminée celle-ci, il reste quand même à fixer la baguette sur le fil porteur (taille Guyot). Lorsqu’il se trouve en plus que ces baguettes sont toutes à attacher en même temps, il vaut mieux s’équiper comme Pierre d’une bonne lieuse pour ne pas trouver ce travail légèrement fastidieux.

Lundi 6 mars

Tramontane folle …
Si la météo se trompe parfois, cette fois, elle est vraiment tombée pile. Il fallait être doué pour prévoir ce radical changement de temps, car il est assez rare de s’endormir sur une journée estivale (tout au moins printanière) pour se réveiller sous une tramontane complètement folle (pointes à 140 km/h) et sous les giboulées. Aussi, les arbres ont souffert (branches cassées), les containers se sont retournés plus d’une fois et Benjamin nous a même dit que son poulailler tout neuf s’était retrouvé la tête en bas avec, heureusement, toutes les poules à l’intérieur. On ne sait pas, par contre, dans quel état il a retrouvé les œufs. Toujours, il a fait le nécessaire pour que cela n’arrive plus.

… et feu de rafles
Et alors que nous étions tous bien au chaud dans nos maisons avec la ferme intention de ne point sortir le bout du nez, la tramontane, en ravivant les braises d’un feu de sarments, a enflammé en douceur, pendant la nuit, le tas de rafles séchées stockées sur le côté nord de la Cave Coopérative. Les pompiers, une fois sur place, tout en arrosant sans compter, ont demandé l’aide de tracteurs pour éparpiller ces mêmes rafles afin de mieux les éteindre. Comme disait l’un d’eux : « Sinon, nous y sommes jusqu’à demain. »
Dans la foulée, Sid et Pierre, sur leur tracteur, l’un équipé d’une pelle et l’autre d’un godet, ont fait l’essentiel du travail. Une heure après, le tas était dispersé aux quatre coins, trempé et débarrassé de la moindre fumée. Aucun dégât n’est à signaler si ce n’est un morceau de tuyau de récupération des eaux qui a fondu. Et chez nous, c’est bien connu, tout se finit toujours de la meilleure des façons : Monique et Patrice ont proposé un bon verre de VDN à toutes les personnes présentes et gelées. Si nos amis pompiers, que nous remercions bien vivement, n’y ont goûté que du bout des lèvres (pour cause d’alerte sur toute la journée), il était bien agréable de se réchauffer le gosier après avoir passé plus d’une heure en plein ras sous les flocons et le vent glacé. Une leçon à retenir toutefois : débarrasser une fois les vendanges finies ce tas de rafles qui peut devenir une menace pour notre Coopérative.

Dimanche 5 mars

A les voir s’amuser, les trois loustics (Léo, Pierre et Simon) aux cabanes du Château, on prend un bon coup de nostalgie derrière les oreilles. Et quand, pour la première fois, ils demandent et obtiennent de leurs parents la permission d’y aller dîner, on se rend compte combien les années sont passées vite et sans jamais revenir. Hier, c’était nous ! Aujourd’hui ce sont eux ! Qu’ils en profitent bien !
Heureusement pour eux que le Service de l’Hygiène n’est pas venu contrôler leur ‘’Petit Restaurant’’ car, vu les araignées, les pointes rouillées, les planches pourries au milieu desquelles était placée leur table pour le moins poussiéreuse, ils auraient été priés d’aller manger leur sandwich ailleurs.

Samedi 4 mars

Elle est belle la façade de Monique et Patrice !
Piquée de frais, elle n’attend plus que le rejointement de ses pierres pour être finie. Ce qui sera fait incessamment sous peu la semaine qui vient. Il sera temps alors de penser à s’occuper du toit.

Vendredi 3 mars

A un mois de la fin de leur taille, Pierre et Jo sont à pied d’œuvre juste à côté de la Chapelle. Que ce soit Pierre, équipé d’un Pellenc tout neuf ou Jo, résolument fidèle aux vieux Pradines, ils travaillent et coupent du sarment à tour de bras dans ce cadre magnifique coincé entre le Roc majestueux et notre bonne vieille église St Pierre. Et petit à petit, à force de tailler, de couper des bras inutiles avec les grosses cisailles, de ramasser les sarments,  ils s’approchent du haut de la Clotade, terminus comme tous les ans de leur saison de taille.

Jeudi 2 mars

Les amandiers en fleurs depuis quelques jours commencent à annoncer le printemps. Qu’ils soient blancs ou roses, c’est toujours avec plaisir que nous les voyons fleurir. S’ils disent à leur manière que le printemps va arriver, pour nous c’est un signe que la longue taille de l’hiver tire sur sa fin et que les bains au Tamarin et au Gourd’en Coq se rapprochent à grands pas.