Novembre

 

Vendredi 30 novembre

A l’ancien terrain de pétanque qui fut inauguré par Josette (alors maire de la commune) dans les années 80, Hervé, de bon matin, de bonne heure, entreprenait la taille des mûriers platanes. On se revoit encore en train de les aligner, de les planter, de les entourer d’un pneu pour faciliter la retenue d’eau d’arrosage et aujourd’hui, ces pneus sont presque là à ‘’ascagner’’ les troncs tellement qu’il faudra un jour y mettre un coup de disqueuse (au pneu) sous peine de les voir les ‘’astrangouler’’ complètement. En attendant, Hervé, soigneux comme toujours, tout en haut de l’échelle, tourne autour des mûriers en choisissant bien la taille à laisser.

Jeudi 29 novembre
C’est toujours un plaisir lorsque l’on toque à la porte de l’ouvrir et de recevoir des soldats du feu qui viennent présenter leurs vœux et leurs calendriers. Les ¾ du temps sur la brèche à éteindre entre autre les incendies, ils doivent apprécier de s’asseoir cinq minutes boire 3 gouttes de vin doux et discuter avec la population en cette occasion. Souhaitons autant pour eux que pour nos terres, de la bonne pluie fine pendant 3 jours afin que tout le monde se repose.

Mardi 27 novembre

C’est incroyable combien l’arrivée des étourneaux est synchronisée avec le rallye du Fenouillèdes. Depuis des années, ça ne loupe pas !
Les pétarades des Peugeot, Toyota et de toutes leurs copines, à peine estompées, voilà les étourneaux qui vont et viennent sur tout le secteur. Hier, ils étaient des milliers à tourner sur le Pla, le Roc et la Chapelle. Heureusement qu’ils sont occupés ailleurs en septembre quand les grains de muscat font 16° sinon, même la machine à vendanger Pellenc, serait déclassée devant tous ces becs affamés. Pour le moment, ils n’agacent pas trop mais gare à la petite équipe de ‘’pillous’’ sédentaires qui taquineront les cerises au mois de mai, bien avant qu’elles ne soient mûres.

Lundi 26 novembre

Le 25ème Rallye du Fenouillèdes avait lieu ce week-end. Si les étapes spéciales (E.S.) se sont déroulées, comme d’habitude, sur les tronçons Bélesta-Sournia, Ansignan-Maury, Estagel-Calce, en 8 manches,  4 le samedi et 4 le dimanche, les 150 concurrents ont fait le bonheur des enfants en redescendant entre ces E.S. par notre chère D9 et traverser ainsi le village. Ils étaient plusieurs à pouvoir légitimement briguer le titre 2007 dont Barbé, Jézéquel et Beuron, bien installés aux 3 premières places à mi-parcours. Tout ce que l’on peut dire c’est que Simon Raynal, sur sa n°28 aura le plus de mal à finir dans les tout premiers.

Dimanche 25 novembre
Par un beau matin ensoleillé, comment pourrait-il en être autrement avec la tramontane, voilà Nancy et Denis, tout souriants et détendus, faisant tranquillement leur petit footing du tour du Pla. Rentrés récemment de voyage  à la Réunion où ils ont, entre autre, découvert le vol en parapente et les cratères de volcans, peut-être veulent-ils éliminer le trop plein de calories emmagasinées au cours de leur séjour en dégustant les spécialités locales.

Vendredi 24 novembre
A l’heure d’attendre le bus des enfants, il n’est pas rare de voir Joseph, son sac autour du cou, faire sa petite tournée ‘’Indépendant’’. Alors, lorsque, occupé à entraîner sur la porte toute repeinte de neuf du Boffy, le gardien des futurs Pallagoustys, il descend du côté de la rue de chez Rosa, ça mérite largement deux minutes d’attention pour le prendre en photo. Surtout, si en l’apercevant, Lucien fait demi-tour pour récupérer son quotidien et discuter ainsi avec lui dans une langue qui ne s’entend plus de nos jours mais qui, il y a de cela des années, remplissait les rues de notre village et enchantait nos oreilles.

Vendredi 23 novembre

C’est avec surprise, tout en sachant qu’elle existait quelque part, que Monsieur et Madame Arnold, en poursuivant leurs travaux de rénovation, ont déterré, dans leur grande cour, une citerne dont l’ouverture était obstruée par un petit menhir, lui même recouvert sous quelques centimètres de terre. Cette citerne, dont même notre mémoire du village, Joseph Malet, en ignorait l’existence, est restée ainsi cachée à la vue de tous plusieurs décennies durant. Elle est située à ras du mur qui donne sur le petit terrain en contrebas attenant à la Place de la République. Deux petits trous ont été percés dans ce même mur afin d’y fixer deux robinets qui permettront l’arrosage des plantes. Il ne reste plus qu’à souhaiter une bonne pluie pour remplir cette citerne d’une contenance d’environ 80 hectos car tout a été calculé pour que l’eau de pluie s’y récupère.

Jeudi 22 novembre
Les travaux chez Monsieur Loubet continuent de plus belle et se cantonnent, ces derniers jours, sur les ouvertures du futur Espace Loubet de Sceaury. De l’intérieur de la vieille cave, les cuves ont complètement disparu jusqu’au moindre petit bout de ferraille, laissant ainsi place nette à la future reconstruction. L’escalier, qu’enfant nous gravissions pour demander la clé du jardin à monsieur Paul Loubet, est partie en poussière et on en ressent inévitablement des petits pincements au cœur. Mais la marche en avant des travaux est enclenchée et ne s’arrêtera que fin 2008.

Mercredi 21 novembre
Ces derniers jours, les gyrophares de la DDE ‘’roundinégeaient’’ aux embranchements du Pla et de la Pachère sur notre chère D9.
Après vérification, il s’est avéré qu’elle mettait en place des panneaux ‘’céder le passage’’ pour être plus en conformité avec la logique du code de la route. Alors, pour les abonnés du Gourd’en Coq, Pachères et Roc Noir, il faudra faire attention, l’été revenu, de laisser le passage aux véhicules venant de Planèzes comme de Latour.

Mardi 20 novembre

Alors que les écoliers profitent bien des vitres de l’abribus et que, tout doucement, la tramontane tombe, il est l’heure de mettre le feu aux feuilles qui se sont amassées dans les rigoles et ruisseaux, ce qui n’avait pas pu être fait plus tôt pour cause de tramontane folle et risque de départ de feu de garrigue. Le temps passé au marin, si, comme prévu et souhaité par tout le monde, il pleut, il serait alors trop tard pour espérer se débarrasser de ces feuilles qui peuvent, par grosse pluie, faire bouchon par ci par là et causer pas mal de dégâts sous forme de gros filets d’eau sortant des rigoles et coupant au plus court au travers des vignes en laissant ensuite des petites ravines difficiles à combler.

Samedi 17 novembre

Par une tramontane à décorner les bœufs et à déconseiller les courants d’air, Alex et son neveu Cyril pouvaient espérer meilleur après-midi pour placer les vitres à l’abribus. Ils se sont vraiment gelés malgré la voiture collée sur le côté pour faire paravent. A chaque vitre mise en place (10 au total), ils avaient l’impression de se réchauffer un peu plus. Heureusement, tout un travail de préparation avait été fait au préalable (taraudage des pas de vis, graissage, découpe des vitres, numérotation de leur emplacement), bref, on connaît la minutie d’Alex. En arrivant dans l’abribus, il leur ‘’suffisait’’ de mettre en place des vitres après une petite couche de silicone savamment dosée sur tous les contours, de faire bien attention à mettre la face anti-UV de la vitre du bon côté, bien revisser les boulons, en clair, un travail de précision et de patience que les écoliers apprécieront à sa juste valeur, surtout avec la tramontane soufflant à plus de 100 à l’heure. Un grand merci à Alex et Cyril.

Jeudi 15 novembre

Depuis quelques jours, sur la Peyrière, du côté du casot blanc de Sidney, une drôle de pétarade semblable à celle des machines piquant en profondeur dans la vieille cave de Loubet au village, pouvait laisser penser que seul l’écho allait s’y promener. Et bien non !
C’est tout simplement Sid (aidé du Cassagnol bien connu Jean-Marie) qui pose le palissage sur sa jeune syrah. En effet, en achetant les piquets de fer, il a eu droit au prêt d’une machine qui, fixée sur le derrière du tracteur, s’occupe sans se fatiguer de les enfoncer à la bonne profondeur. Les piquets, une fois positionnés au bon endroit, il suffit de placer la ‘’paume’’ de la machine sur le dessus de leur tête et en pétaradant, la force du vérin fait le reste. A, grosso modo, un piquet à la minute, ça ne va pas traîner sur la Peyrière.

Mercredi 14 novembre
On change les livres à la Biblio.
Le temps passe tellement vite que le Bibliobus semble revenir toutes les semaines renouveler les livres. Et pourtant, c’était il y a 6 mois, sous la ‘’granisse’’. Corinne était là avec son éternel sourire, de même que Michel, le chauffeur, qui, avec le plus grand soin, a bippé les livres prêtés et ceux rendus.
On ne va pas énumérer le stock nouveau de bouquins, mais une chose est sûre : il y en a pour tout le monde. D’ailleurs, les connaisseurs se sont précipités le soir même, à l’heure de l’ouverture pour découvrir toutes les nouveautés. Le véhicule de la Bibliothèque Départementale a changé de look. C’est tout simplement un petit bijou dont la porte arrière coulisse automatiquement, comme à Auchan, équipé également d’un frigo et d’un micro onde. Il ne manque plus que le congélateur pour les glaces !

Lundi 12 Novembre

communiqué des Archers de la Tourèze

Les Archers de la Tourèze déménagent de l'ancienne école pour les entrainements d'hiver. En effet, les effectifs en très nette progression puisque nous sommes passés de 12 à 25 archers, nous ont obligés à chercher des locaux plus grands et offrant un maximum de sécurité pour les entrainements en salle.
Après avoir demandé aux communes avoisinnantes si elles avaient des créneaux de libre dans leurs salles communales, nous nous sommes trouvés devant des refus et devant une impossibilité d'emploi du temps, malgrès une bonne volonté, sur le gymnase d'Estagel. Il est dommage que des associations locales, animées par des bénévoles, ne trouvent pas d'hébergement pour 5 mois d'hiver, mais je ne suis pas à la recherche de polémique.


Nous avons donc orienté nos recherches vers des locaux privés et trouvé un hangar à Estagel (ancienne entreprise Doms), moyennant un petit loyer, et qui après quelques heures de nettoyage, merci Benjamin, Alexandre et John, un peu d'électricité, merci Patrice ...., nous pouvons démarrer nos entrainements dès demain soir de 18h à 20h.
Nous sommes le premier club de tir à l'arc du département à avoir une salle spécifique tir à l'arc.

Nous donnons donc rendez vous à tous nos licenciés sur les Monts d'Estagel, jusqu'au mois d'avril avant de revenir sur notre terrain extérieur à Planèzes.

Gilles Mégret

 

Dimanche 11 novembre

En ce 11 novembre, ayons une longue pensée pour Cerqueda Fernand, Henric Louis, les frères Malet Elie et Malet Jean, Massé Vincent, Puy Marius et Mérou Zéphirin qui ne demandaient sûrement rien d’autre que de vivre tranquillement au village.

Samedi 10 novembre
Les travaux de Loubet de Sceaury continuent et les deux meules qui jadis écrasaient les olives au moulin du Platane, ont été déplacées comme des fétus de paille par la pelle mécanique. Une fois les pierres marquées au feutre rouge, les meules ont été délicatement ‘’asboudraguées’’ par les griffes de la pelle et cette dernière a fait joujou avec pour les remiser sans difficulté dans le jardin de Monsieur Loubet en les faisant passer par-dessus le grillage avec la même facilité que deux tennismen se renvoyant la balle par-dessus le filet.

Vendredi 9 novembre
La rentrée d’après Toussaint s’est passée vraiment en douceur et il est bien agréable de voir les enfants piailler à l’abri-bus. Abri-bus dont les fenêtres vont bientôt retrouver leurs carreaux grâce aux mains expertes d’Alex mais avec Enzo, John, Léo, Mattéo, Pierre et Simon, ça manque singulièrement de petites filles pour ramener un peu de calme et de tranquillité avant l’arrivée du car.

Jeudi 8 novembre

Ils sont jeunes, sympathiques, souriants, serviables et super compétents. Ils s’appellent François et Thierry et travaillent pour leur propre société Alques Rénovations. Les cuisines, salles de bain et compagnie n’ont plus de secrets pour eux. Un WC qui fuit, un souci de douche, vous les appelez et ils règlent le problème en deux temps trois mouvements. Une cuisine, une salle de bain en projet ? Ils vous font un devis sur mesure et s’occupent de tout, de la chape au plafond en passant par la démolition, la plomberie, la robinetterie, l’électricité, la pose du carrelage… Que ce soit pour le début ou la fin des travaux, les délais sont respectés au moins à la seconde près. Et côté qualité de finition, ça, c’est de la finition !!!
Alors, n’hésitez plus en cas de besoin, vous pouvez les joindre aux n° 0603046124 et 0620113326. Vous ne le regretterez jamais !!!!!!

Mardi 6 novembre
De retour à Planèzes pour quelques jours, le Boffy s’est précipité sur ses pots de peinture sagement ramenés de la capitale afin d’attaquer les fenêtres côté rue de l’Eglise. Après avoir fait le plus gros du travail au mois d’août sur le côté donnant sur la Place, ça devait drôlement le démanger de finir de peindre le reste des fenêtres avec la porte d’entrée en prime. Tout ça valait bien un petit Château Planèzes 2003 dégusté entre amis pour fêter l’événement.

Lundi 5 novembre

Le dimanche, les ciseaux de taille sont mis de côté et, pour les quelques chasseurs Planézols, c’est le moment idéal pour ‘’promener’’ le fusil et faire sortir les chiens. Ces derniers, d’ailleurs, se régalent de taquiner le lapin et de les écouter aboyer derrière le gibier une fois levé, est un régal à lui tout seul. Il faut juste souhaiter un peu de chance aux ‘’garennes’’ et leur conseiller de se réfugier dans les vignes encore pleines de feuilles avant qu’elles ne se déplument.

Samedi 3 novembre
Si les feuilles d’automne cette année, ne veulent rien savoir pour s’en aller, elles posent quelques petits problèmes à nos viticulteurs qui sont bien obligés de commencer la saison de taille. En attendant les premières gelées et la tramontane qui combleront bientôt ruisseaux et rigoles de feuilles mortes, les premiers sarments tombent tranquillement sur le terme. D’ici quelques jours, on devrait quand même y voir plus clair dans les vignes. C’est juste une question de patience.

Jeudi 1er novembre
Le jour de la Toussaint revient tous les ans comme une roue qui tourne et, immanquablement, le souvenir des êtres chers est plus vif ce jour là. Notre cimetière, où reposent à l’ombre des cyprès, tant de personnes connues, est toujours tiré à quatre épingles pour les honorer. Mais, que de nostalgie en pensant à tous ces anciens qui ont accompagné et embelli notre enfance.