Décembre

 

Mercredi 30 décembre
Le 30 décembre 1999, jour pour jour voilà déjà 10 ans, Monsieur Paul Loubet de Sceaury rejoignait ses ancêtres à l’ombre des cyprès Planézols, non sans avoir au préalable, en tant que dernier descendant de sa lignée, légué tous ses biens à notre commune qui fut la sienne toute sa vie.
Place de la République, ses deux vieilles maisons d’ouvriers, aujourd’hui ne font qu’une et sont devenues une flambante ‘’Maison du Peuple’’. Quant à son jardin, il est depuis, à tout instant, en toutes saisons, par tous temps et par Toutatis, une bénédiction éternelle.
Juxtaposées telles deux canons ‘’calibre 12’’, sa maison de maître et sa cave particulière ont connu, ces deux dernières années ‘’le grand chambardement’’.
Chambardement retracé ici même dans ‘’La Maison de Paul’’ ainsi nommée en mémoire de Paul, de Monsieur Paul qui, en ce même lieu, fit ses premiers pas, ses seconds et bien des années plus tard, ses derniers, après y avoir coulé mille et mille jours heureux.
PS : Six ans aujourd’hui, Marie-Thérèse s’en allait retrouver son François de toujours, sans s’imaginer une seule seconde qu’elle lançait ‘’au jour le jour’’.

Lundi 28 décembre
Pendant que les ‘’Anciens’’ partent sur Saint-Martin, boussole en poche et sac à dos plein à ras bord de vivres pour une petite balade de 10km, les gamins, une fois de plus, libres comme l’air et aussi à l’aise sur 2 et 4 roues que sur terre ferme, se régalent de dévaler sans compter cette descente de l’église que, tout enfant de souche Planézole a eu un jour mille fois l’occasion de s’y ‘’aspatarrer’’. La seule différence notoire aujourd’hui est que les skates, mountainboards et oxelo-board ont remplacé les vieux ‘’carrétons’’ qui prenaient la fâcheuse habitude de s’arrêter au fond des rigoles.

Samedi 26 décembre
Sur Roquecourbe, à 2 pas du village et à 5 à vol d’oiseau du Canigou, au beau milieu d’une ancienne vigne à René, arrachée depuis longtemps, un cheval, tout de noir vêtu (rappelant aux enfants que nous sommes restés, le Tornade de Zorro), y a élu domicile tout en se régalant d’y brouter. De race Ariégeoise (Mérens), il est sans doute le premier à revenir au pays depuis la disparition de nos fidèles laboureurs et doit attendre avec impatience la venue de ses collègues sur les Pla de l’ami Casenove.

Vendredi 25 décembre
En cette période de Noël où les crèches célébrant la Naissance du petit Jésus sont aussi nombreuses que des fleurs blanches sur un cerisier au mois de mai, un grand merci, une fois de plus, à Monique, pour avoir bichonné la nôtre au sein même de notre bonne vieille église St Pierre.

Jeudi 24 décembre
En ce jour de réveillon de Noël, nous avons une pensée pour Thérèse et Marcel qui, raison personnelle oblige, ont délaissé momentanément leur belle Provence pour la Belgique. Nous souhaitons un prompt rétablissement à Marcel, beaucoup de courage à Thérèse en espérant les revoir à Planèzes chez Monique à l’époque des mimosas fleuris.

Mardi 22 décembre
Telle une gazelle des steppes, Nancy ‘’roundinège’’ tous les week-ends sur le tour du Pla, à l’image d’une trotteuse sur un cadran de montre. Parfois accompagnée (Delphine, Denis), parfois seule, sans se départir jamais de son sourire, elle se régale d’aller venir quel que soit le temps. A la voir passer comme ça, on se met à l’envier tout en regrettant de ne pouvoir l’imiter pour cause d’arthrose, rhumatisme, hernie discale, tendinite, ligaments déficients…

Dimanche 20 décembre
Le froid installé sur le terme depuis le début de la semaine a pelé les pattes à plus d’un viticulteur. Les bassins sont gelés et la neige a même fait une brève apparition. Les plus à plaindre, tout de même, sont les petits passereaux (pinsons, bergeronnettes, rouge-gorge, rouge-queue…) aux gambettes tellement fines que l’on y voit à travers. Ils sont là à suivre les tailleurs de sarments, souche par souche, en espérant un bout de pain ou mieux encore, une bonne ‘’engarrapade’’ sur le sol pour y picorer de quoi se remplir le ventre. Sans oublier de guetter un éventuel feu de sarments de fin de journée afin de passer la nuit le plus près possible du tas de braises.

Vendredi 18 décembre
On a beau y être habitué, on ne se lasse pas du traditionnel pot de fin d’année des Vignerons de Trémoine qui, en chaque mi décembre, clôture, de la meilleure des façons, un travail d’équipe bâti sur 12 mois. Pot qui, soit dit en passant, est devenu au fil du temps, aussi incontournable que la Noël ou le Nouvel An.
Prévu à 18h15, le Président Louis, rempli de sagesse, laissera filer, comme de coutume, une bonne ½ h supplémentaire pour permettre aux retardataires d’être, pile poil, à l’heure.
Aussi incontournable que le pot, les discours de nos ‘’élus’’ (Louis, Pierre) nous apprendront (après traduction personnelle) ce que nous savons déjà : à savoir que même le plus malchanceux de nos viticulteurs aura, au moins une fois dans sa vie, touché le jackpot en ‘’signant’’ aux Vignerons de Trémoine. Des vignerons de Trémoine aux caractères et talents aussi multiples que différents et qui, telle une équipe du top 14 ou de Ligue 1, avance sereinement et sûre de sa force.
Entre petits toasts, gâteaux miniatures et vins de chez nous, ce pot de l’amitié fêté pour la première fois à la Maison de Paul en compagnie, notamment, de nos anciens Emile et Ernest, avait déjà comme un petit goût de revenez-y.
Alors, vivement 2010 !

Mercredi 16 décembre
Lundi matin, la nuit presque finie, un 10ème de millimètre de neige ‘’roundinégeait’’ sur le toit des véhicules et le froid, à moins d’une semaine de l’ouverture de l’hiver, semblait vouloir pointer son nez. Les flocons se ‘’passégeaient’’ autour des lampadaires et plus d’un viticulteur remettait à plus tard sa sortie en attendant la suite des évènements. Jo a patienté mais pas trop et s’est retrouvé à tailler son cher grenache de l’Auriol sous quelques ‘’ramades’’. Le Dieu de la neige a fait preuve de clémence à son égard, les flocons disparaissant faisant place nette à la Tramontane qui, au passage, a baissé le thermomètre de quelques degrés. Ça promet pour les jours à venir. Le côté positif étant que les moustiques ne collent pas aux oreilles.

Lundi 14 décembre
Notre Cave Coopérative, la marche avant sans arrêt enclenchée, et précédant bien souvent d’un pas ou deux ses collègues et amies, réfléchit depuis déjà belle lurette à la question du Bio. Dernièrement, une réunion se tenait à la Maison de Paul avec, à la baguette et pour éclairer nos lanternes, Thiery Julien, de la Chambre d’Agriculture, ancien conseiller agricole du coin et aujourd’hui spécialisé dans le Bio. La présence du Conseil d’Administration au grand complet suffisait à elle seule à montrer toute l’attention portée par ce dernier à cette démarche. Toutefois, après deux heures de débat, mille questions et presque autant de réponses, les adhérents présents se demandaient s’ils n’étaient pas là sur un sentier sans issue. La ténacité étant un des points forts de la Cave, la question du Bio va bientôt revenir sur le devant de la scène mais étudiée sous un angle complètement différent.

Samedi 12 décembre
Le repic de midi passé, il n’est pas rare d’apercevoir Margarete perchée tout en haut de l’échelle communale. Cette fois ci, elle est surprise en train de tailler des rosiers grimpants qui, pour grimper, se régalent de grimper. Si ça continue, faudra trouver des rallonges à l’échelle et bâtir un étage de plus à l’ancienne école. En attendant, elle balade ses chers rosiers (qui ne se gênent pas pour autant de l’égratigner) sur toute la façade de l’école grâce à un palissage à rendre jaloux tous nos viticulteurs. Et si on s’attarde sur les pieds de ces mêmes rosiers et leur petit encadrement fait en pierres de rivière, certains se reverront avec nostalgie, écoliers Planézols, sac en bandoulière et à la queue leu leu, avec Madame Séguela pour aller chercher ses cailloux à quatre pas du jardin de Jojo.

Mercredi 9 décembre

Quand le devant de notre belle Mairie se pare de sapins de Noël jusqu’à ressembler à la forêt de Boucheville, une chose est sûre : nous sommes plus près de la Noël et des cadeaux pour les enfants que des grandes vacances avec baignade gratuite au Gourd’En Coq. Alors, une fois de plus, merci à nos employés communaux pour marquer d’aussi humble façon la venue des fêtes de fin d’année et profitons en tout de suite car dans cinq minutes, le mois de janvier sera là.

Lundi 7 décembre
En cette période de taille, si, à tout hasard, vous cherchez Georges dans le terme, par un beau samedi après-midi, sachez que c’est un véritable jeu d’enfant de le trouver. Il suffit d’aller directement au Roc et de tendre les oreilles bien droites. Parce que, si d’entrée vous ne le voyez pas, vous l’entendrez sûrement. Il se garde cette petite demi journée de fin de semaine (comme d’autres vont au restaurant, au cinéma ou voir un match) pour passer à l’émietteuse les sarments taillés depuis le lundi. Et, macarelle, même un ruisseau rempli à ras bord de ‘’cañes’’ enflammées fait moins de bruit. Par contre, côté rendement et efficacité, il n’y a pas photo. Tout est ‘’asboudragué’’ comme du sucre fin.

Samedi 5 décembre
La 27ème édition du Rallye des Fenouillèdes se déroulait ce dernier week-end et, macarelle, si les pilotes s’en sont donnés à cœur joie, près de la moitié n’ont pas vu la ligne d’arrivée (64 abandons sur 140 inscrits). Nos amis Cassagnols comme depuis de nombreuses années maintenant, ont pu admirer de près les bolides au cours des 8 spéciales. Nous, on appréciait de les voir passer tranquillement en roue libre au village (tant mieux pour nos minous), pour regagner à chaque spéciale terminée, la ligne de départ plus en aval pour en recommencer une nouvelle. Pour la petite histoire, le favori Patrick Rouillard, ayant connu quelques problèmes mécaniques à mi parcours, c’est Jean-Paul Guedj qui s’est adjugé le titre 2009. A l’année prochaine pour la 28ème édition.

Jeudi 3 décembre
Dimanche à 17 heures, le Palais des Rois de Majorque, toutes proportions gardées, affichait ‘’complet’’, comme le Vélodrome Marseillais la veille pour la venue des Blacks.
Dans le cadres des ‘’Dimanches au Palais’’, le Conseil Général présentait ‘’Carte Blanche à Ostinata’’, notre groupe Cassagnol/ Marcevolais/Planézol/Rasiguérois/Tuchanais bien connu.
L’entrée, libre comme la tramontane, aficionados et curieux venus découvrir le groupe, n’ont pas eu à regretter une seule seconde de s’être ‘’engarrapés’’ par les nombreuses marches menant à la salle du concert. Le groupe a rendu une copie exempte de la moindre fausse notre, les morceaux glissant les uns après les autres comme des perles ajustées sur un collier avec, au bout, un public conquis qui a eu droit à un peu de rabiot. En cadeau, les filles recevront un DVD du concert filmé par le Conseil Général.

Mardi 1er décembre
Comme prévu et avec un grand sourire, les soldats du feu nous ont rendu visite jeudi soir pour nous présenter leurs calendriers 2010. Et comme d’habitude, les portes étaient grandes ouvertes pour les accueillir. Merci encore à eux pour veiller d’aussi belle façon sur notre Fenouillèdes.