Juillet

 

Mercredi 29 juillet
En ce 29 juillet, le site met la clé sous le paillasson et ce, jusqu’au 13 août. Une petite escapade espagnole qui permettra de souffler cinq minutes en prévision des vendanges qui arrivent doucement mais sûrement. Sandrine et Willy se mariant le 8, nous comptons sur Yannick, préposé aux photos (capable, vu son ‘’matos’’ de faire un gros plan sur le bec d’un merle en plein vol à plus de 100 m), pour nous en prêter quelques unes avec l’accord des mariés afin de conter ici même, en léger différé, cette, sûrement très belle journée. Il sera temps alors de se rendre dans le jardin de Monsieur Loubet le samedi 15 pour fêter les 50 ans de notre employé communal Hervé. Ce sera l’occasion pour notre groupe de rock AOC de remonter sur les planches.
Bonnes vacances à tous !!!

 

Lundi 27 juillet
Une nouvelle pompe est arrivée depuis peu en renfort pour pallier à tout problème de manque d’eau car celle de la station de pompage, telle une mauvaise élève se faisant souvent tirer les oreilles, oblige Christian, Hervé ou Sidney à aller la réamorcer à chaque alerte. La mise en place de la bienvenue n’a pas été une mince affaire surtout pour Hervé qui a dû descendre dans le puits. C’était l’occasion de revoir Stéphane (Hydro-Roussillon-Service) venu l’été dernier changer la pompe immergée du forage. Avec deux pompes neuves, une au forage et une au pompage, Hervé peut désormais dormir sur ses deux oreilles.

Samedi 25 juillet
Comme tous les étés, Madame Pétricola, accompagnée de ses deux filles, Marie-Christine et Michèle, revient au village début juillet. Leur maison, sur la Place de la République, ouvre ses fenêtres en grand et on se prend à penser à Monsieur Eliot Pétricola dit ‘’Peps’’, disparu depuis déjà de nombreuses années. Entre balades autour du Pla, baignades au Barcarès et visites à leurs amis Planézols auxquels elles ne manquent jamais d’offrir du chocolat de derrière les fagots, leurs vacances s’écoulent le plus paisiblement du monde.

Jeudi 23 juillet
Tels les juilletistes de retour en bord de plage, les ‘’variols’’, comme d’habitude, sont exacts au rendez-vous autour du 14 juillet. Les uns après les autres, les grains qu’ils soient estampillés syrah, grenache ou compagnie, se mettent à bronzer également annonçant ainsi des vendanges à 45 jours et des vacances à prendre incessamment sous peu, sous peine de les louper.

Mercredi 22 juillet
En ce mercredi 22, le petit Enzo qui joue aux kapla, fête ses 7 ans. Il aimerait bien faire toucher sa tour au plafond et il s’applique au moins autant que son père Alex quand il soude. Mais, vu l’inclinaison de la situation, quelque chose nous dit que la tour va bientôt ‘’s’espatarrer’’. En tout cas, bon anniversaire et gros poutous à Enzo !

Lundi 20 juillet
Pour un amateur de vieilles motos, le garage de Jean-Mi, place de l’Eglise, ressemble tout simplement à une caverne d’Ali Baba. Au milieu de tous ses modèles plus attirants et plus anciens les uns que les autres, trône une petite cylindrée (98 cm3) couleur vert passé.
Sa marque : Monet-Goyon.
Année de fabrication : couci-couça 1950.
Signes particuliers : fabriquée spécialement pour les curés. Une tôle de chaque côté prévue pour empêcher la soutane de s’attraper dans les rayons. Un levier à main côté droit pour la démarrer et éviter ainsi aux hommes d’église de lever la jambe pour ‘’kicker’’.

Originaire de Pézilla de la Rivière, elle y retournera une fois passée dans les mains miraculeuses de notre mécano mais l’histoire ne dit pas si elle est destinée à l’abbé de la paroisse.

PS : Joyeux anniversaire le Boffy ! On n’a pas tous les jours 20 ans !

Dimanche 19 juillet
Tout en haut du clocher, positionnés côté sud et côté est, deux haut-parleurs, depuis que Madame Louisette Lauriol a rangé la trompette des publications, se chargent d’avertir la population à la moindre occasion. Côté sud, le matériel donnait des signes de fatigue depuis longtemps, sûrement à cause de cette coquine de tramontane. Aussi, avec la bénédiction de la Mairie, Jean-Michel Jouret, électricien du Vivier, bien connu au village pour avoir, entre autre, œuvré à la Maison de Paul et dans ce même clocher, s’est chargé de poser une petite trompette en remplacement.

Samedi 18 juillet
Après avoir débarrassé leurs 4 hectares de syrah de toutes les souches mortes et les avoir remplacées par des jolis petits greffés soudés pleins d’avenir (surtout chez nous), Georges et Yannick, l’été et la ‘’sécade’’ venus, n’ont pas l’intention de les abandonner et de les laisser se débrouiller tout seuls. Cuve portée sur le tracteur, ils vont et viennent par paire de rangs, attentifs à leur mettre à chacun une bonne rasade d’eau fraiche de l’Agly.

Jeudi 16 juillet
Le village s’est à nouveau réveillé sous un ciel mi figue mi raisin persistant tout au long de la journée et débouchant tard dans la nuit sur un orage clôturant brutalement les Musicales 2009 sans trop de dommages toutefois sur un festival qui avait déjà le plus beau derrière lui. La Place de la Révolution, pour un 14 juillet, remplie à deux reprises en l’espace de quelques heures, symbolisait à merveille une manifestation plus que réussie. Certains même, à midi, trinquaient au temps où jeunes, beaux et bérets rouges sur la tête, ils défilaient sur les Champs Elysées (1975). Moment très attendu des Musicales, le ‘’rapport de fin de stage’’ des percus, chants du monde…, surprend toujours par sa qualité bien que, depuis belle lurette, le public y soit habitué. Quant à Tito, figure emblématique du festival, c’est à se demander s’il n’était pas là avant nos deux pins centenaires. Des stages qui, crise à l’appui, se sont soldés par un mini échec, 5 d’entre eux, faute d’élèves, se voyant supprimés. Outre timbres et chants du monde et percussions, Brahim Karim et DDD proposaient calligraphie arabe et atelier pochoir, deux stages bien structurés, bien vivants, et bien au frais soit dans la Maison de Paul ou bien en plein air dans son jardin.
Satsuna, world musique, vers 22 heures, rappelait aux attardés que la soirée était commencée. Quelques morceaux plus loin, en guise de mi temps, Yves prenait le relais pour enchanter petits et grands avec son spectacle ‘’L’homme et sa poisse’’. Unknown Project, musique de film, rock psyché-cuivré, tout de blanc masqués, en 2ème partie, attaquait plein pot avant d’être stoppé net par l’orage. Mais le temps a été dans l’ensemble ou bien clément envers les organisateurs à la foi inébranlable qui, avec des subventions ‘’essorées’’ comme l’étaient jadis les draps de nos grands-mères sur les bords de l’Agly par jour de grande lessive et pour finir, aucune reconnaissance médiatique, ont mené de main de maître leurs Musicales de la Solidarité.
Des Musicales où tous les groupes concernés, en exagérant à peine, se sont produits pour une poignée d’euros et deux de bières fraîches. Les Musicales de l’Agly 2009 font partie désormais du souvenir, celles de 2010 se préparent déjà en coulisse. Mais, vu l’assurance, la dextérité dont font preuve nos enfants en jupette et culotte courte pour servir les consommations et encaisser la monnaie, il ne fait aucun doute que moineaux, pinsons et tous les locataires du jardin de Monsieur Loubet doivent se faire à l’idée de déménager quatre jours tous les débuts juillet pour le siècle à venir.
Demain, au programme, nettoyage tous azimuts du jardin et de ses alentours.
Venez encore plus nombreux que d’habitude !!!

Mardi 14 juillet
En ce 13 juillet,  notre village s’est réveillé sous une épaisse brume qui sentait bon l’humidité et sous le vrombissement de quelques tracteurs vaquant à leurs occupations. Brume, bien vite ‘’ascampillée’’ par un beau soleil annonçant, du coup, une belle 3ème journée des Musicales. De la Mairie, s’élevaient les ‘’coin coin’’ des stagiaires de Bruno Coffineau (Timbres et chants du monde). En fermant les yeux, on pouvait se croire facilement au Gourd’En Coq quand les gamins, à grands cris, s’amusent à agacer nos canards de rivière. D’ailleurs, vu la chaleur régnante au 1er étage de la Maison Communale, la fraîcheur du gouffre ‘’gourd’en coquois’’ ferait sûrement beaucoup plus l’affaire à des stagiaires à moitié déshydratés. Tito lançait l’apéro-concert en demandant l’indulgence du public pour son groupe d’amateurs qui, dans un bel élan de solidarité envers Triangle, assurait le ‘’19 heures’’ en échange d’une bonne bière fraîche. Son professionnalisme et sa complicité évidente avec ses élèves perçus à travers quelques morceaux, faisaient plaisir à voir et encore merci à eux tous pour leur bénévolat. Quant au labyrinthe des enfants, positionné  à l’étage au dessus, à l’ombre des mimosas, il commence sérieusement à tanguer et finira sûrement ‘’asboudragué’’ comme une vieille chaussette. Mili, chanteuse soliste, guitare en bandoulière aux textes engagés et compositions personnelles, assurait le début de soirée avant de laisser place aux Barons Perchés, habitués des lieux qui, au son de violons, accordéons et compagnie, ont fait traverser la nuit à tous les danseurs.
Au programme aujourd’hui :
19 :00       Les stagiaires présentent le fruit de leur travail
21 :30       Satsuna + Unknow Project

Venez nombreux pour clôturer les Musicales 2009 !!!

Lundi 13 juillet
Les tamtams à Tito, sur la Chapelle, résument bien à eux seuls l’image de Musicales démarrées comme écrit hier, tambour battant. Sa petite quinzaine de stagiaires dont certains restent fidèles les années passant, devraient songer à se protéger les ‘’écoutilles’’ pour ne pas avoir, une fois la retraite venue, à se faire répéter les choses plusieurs fois. Mais une chose est certaine : Maître Tito sait transmettre sa passion de la percu et il n’est pas étonnant que beaucoup se languissent d’une année à l’autre de se retrouver réunis à nouveau à l’intérieur des murs épais de notre chère chapelle St Pierre pour un mini stage de 4 jours. Un chaud soleil a continué à couver de haut nos Musicales et la buvette affichait complet pour désaltérer tout le monde. Les enfants n’ont pas été oubliés dans l’histoire et Marie a eu beaucoup à faire pour les rassasier à coup de bonnes crêpes toutes catégories. Les plus petits même, jouaient à se poursuivre dans un labyrinthe fabriqué de simples cartons et il ne fait aucun doute que ce sont eux les plus heureux. Trois groupes donc se sont succédés dans un rituel inamovible. Un à l’apéro, deux après le dessert-café et ma foi, le jardin de Monsieur Loubet était pour ainsi dire plein comme un œuf. Pour les amateurs de rock, les deux concerts aux étoiles ont dû en régaler plus d’un. Les amoureux de chansons aux textes s’agrippant aux tripes comme une tique sur un chien, eux, patienteront un peu. Une certaine poésie était hier mise de côté, laissant la place à un langage beaucoup plus universel sous forme de rythmes et de musiciens plus endiablés les uns que les autres, langage d’autant plus universel que bien souvent la parole n’y était pas prioritaire.
Au programme aujourd’hui :
A 19h, Tito Rodrigues et à 21h30, Mili + Les Barons Perchés




Dimanche 12 juillet
Hier, les Musicales de l’Agly ont démarré tambour battant, les organisateurs s’activant aux quatre coins du village pour régler les derniers détails. C’est avec grand plaisir, sur le coup de 10 heures, que nous avons vu revenir David, le responsable de la sono qui depuis longtemps maintenant, considère notre festival comme de mini-vacances. Les stages ont débuté ; Nadège et Matthieu proposent leurs pizzas au coin de la place rouge à midi sonnante et ce train-train familier qui se renouvelle tous les ans pour 4 petites journées est bien agréable. Passée la canicule de l’après-midi, vers 19h, Sid, en habit de lumière lançait la soirée Château Planèzes, un magnifique buffet attendant dans les ‘’sous-sols’’ de la Maison de Paul, le nombreux public venu écouter notre groupe Ostinata et découvrir le millésime 2007. Six filles égales à elles-mêmes qui, pendant une bonne ½ heure, ont su s’attirer les bravos de la foule par leur simplicité et leur décontraction. Nos vins de terroir, comment pourrait-il en être autrement, faisaient plus d’un heureux. La place du platane du Bicentenaire de la Révolution se remplissait ensuite pour un repas aux étoiles pour ceux qui le désiraient. Deux concerts s’ensuivaient dans les jardins de Monsieur Loubet avec en 1ère partie Sonic Chicken 4, suivi pour passer minuit de  Electric Octopus Orchestra. C’était l’occasion de revoir Jacques Sanchez et sa petite famille, ancien maçon d’Emile Navarro, installé à son propre compte et bien connu désormais ou encore un ancien Pallagousty disparu depuis le dernier tournoi à Prats en 88 et qui nous a fait la surprise de passer nous voir avec femme, enfant et maillot, maillot qui avait quelques trous par ci par là, preuve de tacles rugueux dans le temps au terrain de Prats. Beaucoup de monde sous les pins Planézols, avec un peu de poussière mais vraiment une belle soirée. On se retrouve aujourd’hui avec, au programme, à 19h, les Magic Shook Heads et à
21h30 Dure-Mère en 1ère partie et Taob en seconde.




Samedi 11 juillet

Aujourd’hui, samedi 11 juillet, les Musicales de l’Agly ouvrent le bal et ce, jusqu’au mardi 14 juillet, jour de la Fête Nationale. Un samedi au parfum Planézol avec Ostinata en 1ère partie à 19h dans la cour de la Maison de Paul, pour lancer, et la soirée Château Planèzes et la découverte du millésime 2008. Quatre jours qui fileront au rythme des stages et des concerts et pendant lesquels les nuits risquent d’être courtes.
Programme :
Samedi 11 juillet
19 :00  Ostinata
21 :30 Sonic Chicken 4 + Electric Octopus Orchestra

Dimanche 12 juillet

19:00   Les Magic Shook Heads
21:30   Dure-Mère + Taob

Lundi 13 juillet

19 :00  Surprise
21 :30  Mili + Les Barons Perchés

Mardi 14 juillet

19 :00  Les stagiaires présentent le fruit de leur travail
21 :30  Satsuna + Unknow Project

Les stages :
CALLIGRAPHIE ARABE
L’artiste ABDOU nous invite à voyager avec les lettres, à trouver une forme, une sonorité, une poésie qui chante les mots
Ados matin (2h par jour) 55 €
Adultes après-midi (2h par jour) 75 €
Renseignements et réservation :
04 68 73 83 25
ATELIER POCHOIR
DDD propose d’aborder la pratique du pochoir de son B-A-BA jusqu’à la mise en place d’une exposition collective avec les peintures de celles et ceux qui le désirent. Seront également abordés, le choix et la préparation des supports à peindre (principalement des matériaux de récupération)
Durée : 4 x 3h (13h30-16h30)
Public : dès 16 ans
Tarif : 65 € par personne
Animateur : Didier DUYATS alias DDD, peintre plasticien professionnel.
Renseignements et réservation : Sylvain 06 26 55 63 15

TIMBRE ET CHANTS DU MONDE

Bruno COFFINEAU : Technique vocal (larynx et résonateurs) permettant de développer sa voix en qualité, étendue, puissance et justesse. Chants polyphoniques venus du monde entier pour travailler le timbre, l’écoute des autres et la recherche d’un son commun (Europe de l’Est, Afrique, Asie, Amérique latine…)
Adultes : 5h/jour, 18 pers. 105 €
Renseignements et réservation :
04 68 29 08 37

PERCUSSIONS AFRO-BRESILIENNES ET CUBAINES

Tito RODRIGUES Travail de groupe autour des rythmes afro-brésilien et afro-cubain. Instruments disponibles sur place (Instru. perso. bienvenus)
Tous niveaux, ados, adultes : 6h/jour. 65 €.
Renseignements, réservation :
04 68 29 02 28

CERF VOLANT

Renseignements :
06 26 55 63 15

 

Vendredi 10 juillet
Après la traversée du désert (étés 2007-2008) qui fut préjudiciable à bon nombre de nos arbres Roussillonnais, certains d’ailleurs n’y survivant pas, les précipitations à partir de la Noël sont tombées à pic pareilles à une bénédiction. Pour la catégorie des fruitiers qui ont su courber l’échine tout ce temps là car non abonnés au goutte à goutte, l’eau fraîche, sortie à volonté d’un puits qui, voilà 6 mois, sonnait creux comme une cervelle vide, est synonyme de miracle. Alors, rien qu’à les regarder, les troncs dans l’eau, les feuilles droites comme des I, les pousses vertes qui n’en finissent plus de pousser, on se dit qu’il ne leur manque que la parole pour dire ‘’merci’’
Et macarelle, qu’est ce que ça fait du bien d’entendre et de voir l’eau couler.

Jeudi 9 juillet
Quand la banderole ‘’Les Musicales de l’Agly’’ ‘’s’espatarrrre’’ au soleil sur la façade de Sandrine et Patrice, sans se tromper, on peut affirmer que les baignades sont de retour en même temps que notre festival. L’Association Triangle met les bouchées doubles pour être dans le timing. Les chaises sont, comme d’habitude, rangées sous la murette et l’estrade, à coups de pioche et de niveau, sera bientôt prête à recevoir les musiciens.
Qu’on se le dise !
Les Musicales de l’Agly sont de retour pour 4 jours (du 11 au 14)

Mardi 7 juillet
Les vendanges 2009 ne sont pas encore là à titiller les rêves de nos viticulteurs mais les premiers grains de raisin changeront bientôt de couleur, couleur annonciatrice de cueillette à 45 jours. A choisir, il vaut mieux se retrouver sécateur aux doigts et hotte sur le dos dans deux mois que tout de suite vu que les quais Rasiguérois ‘’asboudragués’’ sont en pleine reconstruction. Les pressoirs Cassagnols ont changé de village et après ouverture du toit et aide d’une grue, ils sont dorénavant bien boulonnés à quatre pas du Cellier Trémoine, au-dessus des travées de la Cave du même nom. Faisons confiance aux entreprises concernées pour que tout soit opérationnel le jour J (31 août environ) en espérant que les nuits de notre Président Louis ne soient pas trop perturbées.
PS : Samedi, dans le cadre des Musicales de l’Agly, soirée Château Planèzes dans le jardin Loubet de Sceaury.

Dimanche 5 juillet
Sur Lou Sarrat, la maison de Céline et Bastien est sortie de terre aussi rapidement qu’un parapluie qui s’ouvre. Une petite Ambre est arrivée au foyer courant mai pour tenir compagnie à son grand frère Romain. A tout juste 25 ans de moyenne d’âge, le jeune couple a tout pour être heureux avec, en prime, la plus belle piscine du monde à moins de 100 mètres de la maison, le Gourd’En Coq. Et mieux que des beaux rideaux aux fenêtres, le potager (où courgettes, oignons, patates, tomates, radis, groseilles, framboises, aubergines… vivent en complète harmonie) est là en signe avant-coureur du bonheur.

Vendredi 3 juillet
Habitué à traiter avec des appareils à gros débit, Jo, atomiseur sur le dos, se fait plaisir en s’occupant de ses deux ou trois petites parcelles où le tracteur n’a pas la place de ‘’roundinéger’’. Il passe et repasse, rangée par rangée, cherchant à toucher la moindre grappe en cette période cruciale contre la triplette eudémis-mildiou-oïdium. A vitesse 1, patiemment, il fait le tour des souches et quelque chose nous dit que la triplette va en prendre un coup.

Jeudi 2 juillet
Le jour de la St Pierre est synonyme de fête au village. Aussi, les cloches de notre chère vieille église ont discrètement sonné aux alentours de 11h pour annoncer la messe célébrée par notre inoxydable abbé Duval. Les bancs étaient loin d’être tous occupés, comme dans les nostalgiques années 60-70, et, croyants ou pas, le cœur se pince toujours un petit peu de la voir se vider petit à petit de tous nos anciens. Néanmoins, côté poussière, on peut faire confiance à Monique qui l’entretient pareil à sa chambre d’hôte. Sa petite sangria servie en fin de messe a été appréciée à sa juste valeur par Monsieur le curé et tous ses paroissiens.
A 19h, la chaleur de la journée filant à l’horizon, le jardin de Monsieur Loubet se remplissait doucement d’un grand nombre de Planézols venus partager en toute simplicité leur petite ‘’tambouille’’. Un vrai moment de détente, de plaisir, à voir courir les enfants, à discuter avec les uns et les autres, en attendant, une fois le dessert avalé, les étoiles venues et le vent tombé, la projection par Luigi du film ‘’St Jacques… la Mecque’’ qui aura sans doute fait l’unanimité. En tout cas, riche idée de la part du Comité des Fêtes d’avoir jumelé soirée cinéma-soirée St Pierre. Un coup d’essai qui, disons le sans trop nous mouiller, s’est transformé en coup de maître. A renouveler sans aucun doute tous les ans, avec une pensée désolée pour ceux qui ne viennent que l’été.

Mercredi 1er juillet
Les trois garçons de la Place de l’Eglise, pratiquement en vacances longue durée, décompressent au milieu de l’Agly, d’une année scolaire bien chargée qui les voit passer tous les trois à ‘’l’étage au-dessus’’ avec une moyenne que beaucoup de leurs aînés des années 60 avaient peine à atteindre en en cumulant deux. Au programme, Gourd’En Coq le matin, Tamarin l’après-midi et pour rigoler, quelques questions- pièges sans réponse au hasard de ce que Dame Nature propose. Lorsque Miss Cigale, la fraîcheur sur le Tamarin descendue, se régale et le fait savoir en chantant, à la question : ‘’Qui chante, un merle ou un coucou ?’’, les intellos de la Place de l’Eglise donnent deux voix au merle et une au coucou. Alors, c’est à se demander s’il ne valait pas mieux ‘’fa temps’’ redoubler une classe  à l’occasion mais en contrepartie, une fois l’été venue, se nourrir du plaisir à se remplir les poches de cigales enchanteresses attrapées par paquets de 10 sur des troncs d’arbres ou sous des feuilles de vigne, et qui nous faisaient des chatouilles.