Octobre

 

Vendredi 30 octobre
Certains arbres couchés, déracinés et désormais secs comme du linge pendu sur un fil en période de tramontane, sont encore les témoins malheureux du désastre Klaus. A chaque vacances, Claude et Simone, qui ne manquent jamais de revenir au pays (avec la tronçonneuse dans le coffre), prennent un peu de temps pour refaire le stock de bois de papa René. Sur le Garouilla, en ces fêtes de Toussaint, la tronçonneuse a tronçonné et si le vieux cerisier bigarreau qui a rassasié les gamins pendant au moins 50 ans, ne ressent plus rien quand la lame le traverse de part en part, ces mêmes (vieux) gamins, eux, ont la nette impression que leur enfance s’envole un peu  plus à chaque bûchette débitée.

Mercredi 28 octobre
Sur le territoire des Vignerons de Trémoine, les premiers sarments sont tombés sous la coupe des ciseaux Pradines. Les vendanges semblent loin derrière et pour préparer les prochaines, il faut bien recommencer ce ‘’plaisir longue durée’’ que représente la taille. Mathématiquement c’est prouvé : plus tôt on commence, plus tôt on finit ! Et Robert, qui n’est pas né de la dernière pluie, l’a compris depuis longtemps. Aussi, en compagnie de ses fistons, il a, en quelque sorte, dernièrement, lancé les trois coups de la saison 2009/2010.

Mardi 27 octobre
Pour la fête d’Halloween, les enfants passeront le mercredi 28 octobre, aux environs de 19h dans les maisons. Un petit buffet sera ensuite organisé dans la Maison de Paul, grâce à ce que chaque parent aura confectionné. Réservez le meilleur accueil à nos enfants et n’hésitez pas à venir passer un moment avec eux.

Lundi 26 octobre
Par un après-midi ensoleillé de fin de semaine, avec, à la baguette, Karine, représentante Tupperware, avait lieu, chez Magalie, une réunion pas comme les autres. Tupperware toutes catégories, bien alignés sur une table, la ‘’gent’’ féminine présente, s’est lancée dans l’élaboration de véritables repas afin de tester pour de bon le ‘’matos’’ proposé (les mini croissants aux amandes étaient excellents). Les intéressées n’ont pas eu à regretter le déplacement car, en plus de repartir, séduites, elles ont eu droit à de belles parties de rire.

Dimanche 25 octobre
En ce dernier samedi d’octobre, comme tous les ans depuis belle lurette, une fois la nuit venue, clochers, montres, pendules et compagnie, remontent le temps d’une petite heure. Celle ou celui qui aime bien dormir y trouve son compte. Les lève-tôt, quant à eux, prennent patience quelques minutes. N’oubliez donc pas de régler tout appareil mesurant le temps… cadrans solaires y compris.

Vendredi 23 octobre
De terroirs et d’horizons différents (Caramany, Cassagnes, Lansac, Latour, Planèzes, Rasiguères), les vignerons de Trémoine, aujourd’hui, ne font qu’un. Fidèles et liés à cette terre Roussillonnaise qui, quoi qu’on en dise, en plus d’avoir vu naître la plupart d’entre nous, est le plus bel endroit du monde, ils ne font qu’un pour lutter et gagner juste le droit de continuer à vivre ‘’al pais’’.
Au début du XXème siècle, nos arrières-grands-pères et leurs fistons, menant, d’une certaine manière, le même combat, créaient les Caves Coopératives, s’unissant ainsi pour résoudre mille problèmes insolubles individuellement, délaissant du même coup leur petite cave particulière qui, sans doute, ne les menait nulle part.
En ce 19 octobre 1919, à Rasiguères, en Mairie, à 9h, a lieu l’Assemblée Générale constitutive. Les membres fondateurs élisent celui qui restera à jamais le 1er Président de la Cave, Monsieur Bascou Paul.
En ce 19 octobre 2009, la Cave Rasiguéroise souffle ses 90 bougies. Elle fut une des premières créées dans le département et gardera, à travers les décennies et les hommes, cette faculté à toujours innover à bon escient.
Alors, 90 ans après, un grand merci à ces pionniers d’un autre temps pour avoir tracé d’ aussi belle manière ce chemin sur lequel il est si agréable de vivre aujourd’hui.

Jeudi 22 octobre
Dès 5 heures, dimanche, ciel étoilé et vent frisquet accompagnaient, dans nos ruelles, Gilles et Benjamin. Ces derniers, torche en main, recevaient les plus insomniaques des exposants afin de leur indiquer les emplacements libres, certains devants de porte étant, en toute logique, réservés aux riverains endormis. La buvette, opérationnelle dès 6 heures, à base de café/croissant, en a réchauffé plus d’un,  mais nos placettes ont dû patienter un peu avant de connaître une ambiance de vide-grenier. Rue du Château, en bout de journée, Denis, bien installé au soleil sur les deux dernières chaises de son stand, s’inquiétait fort qu’elles n’intéressent quelque passant sous peine d’abréger sa longue sieste réparatrice. Jo, lui, traversait la Place de l’Eglise, lit-parapluie fraîchement acquis en mains et ‘’caraï’’, peut être qu’avec Francine, ils nous réservent une belle surprise pour le mois de mai à moins que ce ne soit pour les dodos de sa petite nièce. Adossé au mur du Boffy, Patrick, reflet d’un rétroviseur juste au dessus des oreilles, ressemblait à s’y méprendre à Jésus multipliant le pain pour ses disciples. Et d’une chose à l’autre, la journée a filé, les exposants aussi, laissant sur place, il faut le souligner, juste quatre bricoles bonnes pour la déchetterie.
Pour finir, un grand merci à tous ceux qui s’impliquent à fond pour que vive notre vide grenier et dont le 2009 est à ranger déjà au rayon souvenirs.
PS : Les grenades bio au dessert, c’était pour rire ; rien ne vaut, à cette époque ci, une bonne pomme d’un pommier.

Mardi 20 octobre
Joyeux anniversaire Marie !
On n’a pas tous les jours 20 ans, à plus forte raison, quand les enfants les ont depuis longtemps. Pour Marie, la soit disant remise des prix ‘’Villages fleuris’’ dans la belle salle de la Maison de Paul, s’est transformée, une fois la porte passée, en grande surprise doublée d’une émotion difficile à maîtriser. Surprise et émotion, pour la simple raison que ses fils et belles-filles tenaient à lui témoigner leur affection à un moment charnière de sa vie. Parents, frères, sœur, enfants, petits-enfants et amis, planquées aux quatre coins de l’ancienne cave de Monsieur Loubet, pouvaient l’applaudir, à son entrée dans la salle en compagnie de Robert, la sono de Benjamin, elle, chantant ‘’Joyeux Anniversaire’’. La soirée, préparée avec minutie tout au long de la semaine et dans le plus grand secret, pouvait alors démarrer entre apéro et instant magique de l’ouverture des cadeaux. Une fois à table, les fayots et boules de picoulat de ‘’maman et papa Pena’’ avaient un succès digne des plus grands restaus. D’ailleurs, certains s’en sont tellement gavés que leur estomac a rouspété toute la nuit. Deux beaux gâteaux d’anniversaire ont régalé les gourmands et malgré un vide grenier prévu le lendemain, la soirée s’est prolongée tard dans la nuit.
PS : A l’heure où s’écrivent ces lignes, Marie et Robert sont en voyage au bout du monde (bien après Narbonne du côté du Lot), dans un château, jusqu’à mercredi et pourvu que leur GPS ne flanche pas sur le retour, car ils nous manquent déjà !

Dimanche 18 octobre
Quand, par un samedi matin de mi octobre, un peu d’animation gagne la cour de l’ancienne école et ses proches alentours, c’est que le vide grenier n’est plus très loin. Les volontaires s’étaient donnés rendez vous à 10 h sonnantes et, ma foi, pour nettoyer et mettre en place deux frigos, une dizaine de tables et chaises, le bar confectionné par notre ancien caviste Jeannot sous ‘’Léon Blum’’ et passer un bon coup de balai, même s’ils n’étaient pas très nombreux, ce n’était pas la peine d’être ‘’des mille et des cent’’ car, en une bonne heure, tout était terminé. Par contre, pour se relayer à la buvette 12 heures durant (6h/18h), souhaitons un peu plus de candidats. La tramontane annoncée ‘’faiblissante’’, passées les premières heures de la matinée, une belle journée ensoleillée devrait accompagner notre 4ème vide grenier.
PS : Au dessert, changement de programme : pas de pomme mais des bonnes grenades bio de chez nous cueillies par Margarete.

Vendredi 16 octobre
Sur la Place de l’Eglise, Jo et Jean-Louis sont occupés sur leur tracteur à modifier chaque soc de charrue. Jean-Louis, récent propriétaire de quelques vignes sur Cassagnes, voudrait tester en douceur un labourage sur des parcelles désherbées depuis leur ‘’naissance’’. Alors, dans ces cas là, il faut agir avec prudence, un peu comme quand on se coupe les ongles, pour éviter ainsi de se retrouver en bout de ‘’llaque’’, des racines plein le cadre. Mais, minutieux comme est le garçon, il serait étonnant que le système radiculaire, même en surface, en prenne un coup.

Jeudi 15 octobre
C’est toujours un plaisir de se retrouver entre les quatre murs de la Biblio, juste au dessus du préau qui abritait jadis les écoliers Planézols du mauvais temps, et qui, aujourd’hui, sert de maisonnette aux hirondelles, roitelets, rouges-queues et moineaux. Les enfants se régalent de bandes-dessinées, sans oublier de ‘’s’enrousséguer’’ leurs petites machines faites de piles, d’écrans et de boutons, pendant que les adultes viennent chercher un peu de calme et de tranquillité, surtout si, depuis peu, un des conjoints s’initie à la batterie.

Mercredi 14 octobre
Le 4ème vide-grenier de l’histoire Planézole est pour ce 18 courant. La réunion d’avant-hier a permis de planifier les derniers détails. Pour 8 euros (vous pouvez encore vous inscrire), au programme, dans votre assiette : magret de canard, pommes de terre, fromage, pomme, un verre de vin.
Les bénévoles ont rendez-vous à 10h ce samedi pour mettre en place frigos, tables, bar et compagnie. N’oubliez pas d’enlever vos voitures samedi soir du village et venez nombreux même si vous n’exposez pas. Dès 6h, café et croissants chauds seront disponibles à la buvette. Qu’on se le dise !

Lundi 12 octobre
Sur les Auriols, avec le Canigou en fond d’écran, Maxime, débroussailleuse à la main, prépare déjà le terrain pour le prochain désherbage hivernal. En effet, lorsqu’à la sortie d’un été bien rempli, une parcelle ou autre a échappé, côté enherbement, à votre vigilance, le plus radical est d’éviter d’y aller par 4 chemins et de faire ‘’brounziner’’ la petite ailette en ferraille qui, elle, ne fait aucune différence entre herbe et caillou et qui se charge de tout ratiboiser tel une belle coupe TAP. Le tout, bien sûr, en prenant bien soin de ses pieds.

Jeudi 8 octobre
Quel que soit le véhicule en général, lorsqu’il est rempli de belles bûches ou de souches de terroir, c’est que les vendanges sont finies et que tout doucement, nous glissons vers l’hiver. Certains devants de porte sont déjà ornés de petites piles bien alignées et celui de Jo ne tardera pas à faire de même. Si en blaguant, on dit souvent : ‘’Lorsque l’homme blanc coupe du bois, l’hiver sera rude’’, il y a de quoi s’inquiéter en voyant le nombre de fagots que Jo a sortis en moins de cinq minutes. On verra bien en espérant froid, pluie, soleil et gelées.

Mercredi 7 octobre
Aujourd’hui a lieu, sur une petite colline Cassagnole la 4ème et dernière mini cueillette (grenache noir cette fois ci) en vue d’élaborer, une fois assemblées, une race de bouteilles plus que haut de gamme. Les rumeurs qui courent vite annoncent même plus que ça. Toujours, la 1ère des quatre (syrah), cueillie fa temps sur la Planète de Mitja, s’est faite essorer hier par le petit pressoir de notre ancien Président Joseph. Essorée après avoir été, au préalable, soutirée à coups de petits seaux dans un petit bac et remise dans sa petite cuve. Mais quoi de plus normal lorsqu’on travaille à petite échelle ? C’était un vrai plaisir de voir les gars de la Cave s’affairer précautionneusement autour de ces quelques hectos tels des chirurgiens sans blouse blanche avec un doigté que même certaines sages-femmes n’ont pas avec les nouveau-nés. Quant aux arômes, ils embaument tellement, macarelle, qu’ils parfument déjà une belle barrique de bois avec un bon bouchon dessus pour les empêcher d’aller parfumer le terme.

Lundi 5 octobre
Les chevaux de René se rapprochent tout doucement du Corral situé sur les Pla. Avec l’aide de Christophe, José et Olivier, ‘’l’ami Cazenove’’ dresse la clôture qui séparera bientôt ses protégés à quatre pattes des belles pousses de grenache noir de la plantade à Georges, qui ne manqueront pas, le mois de mai venu, de les faire saliver. Pour l’instant, par manque de pluie, le sol est tellement sec que les piquets, malgré tout l’attirail adéquat, ont bien du mal à s’enfoncer. Il est question d’ailleurs de remettre à plus tard la fin des travaux. Une chose est sûre : en se promenant autour du Pla, les enfants auront l’occasion d’apporter des croûtons de pain à ces sympathiques laboureurs.

Dimanche 4 octobre
Reprise du club des Archers de la Tourèze
Les Archers de la Tourèze, après la pause estivale, reprennent leurs entraînements à Planèzes les mardis et vendredis de 18h00 à 20h00 sur le terrain communal dans le village. En attendant la saison salle, à compter du 12 octobre, où les entraînements se dérouleront dans la salle polyvalente de Latour de France. Pour tout renseignement sur le tir à l’arc, contactez Benjamin au 06 32 42 41 30.
Les dirigeants du club rappellent que le samedi 31 octobre et dimanche 1er novembre se déroulera à Planèzes un tir en campagne autour du village, compétition qualificative pour le championnat de France de la discipline.
Il est à noter également que le 11 novembre prochain nous serons présents au forum des associations de Tautavel. Venez nombreux nous rencontrer et découvrir ce sport olympique.
Les Archers de la Tourèze – 5 rue de l’église – 66720 PLANEZES – 04 68 29 47 51
PS : Pour la saison 2009-2010, le rendez-vous hebdomadaire à la Biblio aura lieu le jeudi de 17h30 à 18h30.

Samedi 3 octobre
En ce début octobre, les vendanges dans le rétroviseur, chacun vaque à ses occupations. Il n’est pas rare d’entendre sur le Pujol, le moteur d’arrosage de Jo ‘’brounziner’’ ; le tracteur de Gilbert soulève sur les Counties une poussière d’enfer signalant au passage que la pluie, désormais, ferait bien de tomber ; Yannick, sur le même lieu-dit, met le feu aux premières feuilles d’automne tombées dans les rigoles. Gilles, le Rasiguérois, lui, en ses derniers jours de congé, se régale sur le tracteur de son beau-père René, de fignoler aux petits oignons des passages dans les vignes d’un ami, afin que ce dernier puisse, en cas de coup dur, demander à un collègue de lui faire les traitements, soit à la voute, soit au canon et de soulager, par la même occasion, sur ses vieux jours, les années qui le séparent encore d’une retraite qui finira bien par pointer son nez.

Vendredi 2 octobre
Rentrer le raisin à la Cave, c’est une chose et les adhérents le font du mieux possible. Il ne faut pas pour autant oublier tous ceux qui, pendant cette période, travaillent de l’autre côté des quais, entre quatre murs et sous un toit et qui, bien qu’à l’abri du soleil, n’ont peut être pas la meilleure place. Le CO2 qui ‘’roundinège’’ au milieu des cuves n’aura jamais les vertus d’une belle tramontane et la lumière des baladeuses, aussi nombreuses soient elles, ne peut avoir l’impact chaleureux de celle du soleil. Alors, un grand merci à Alain, Billy, Christophe, Jean-Marc, Jean-Marie, Jim, Ted et tous les autres, pour participer à leur façon aux futures médailles 2010.

Jeudi 1er octobre
Une fois de plus, et dusse sa modestie en reprendre un coup dans ‘’au jour le jour’’, un grand merci à Alex qui, bien que noyé sous le travail, n’hésite pas à tout laisser de côté pour dépanner, quelle qu’en soit la couleur, le tracteur ayant grand besoin de ses soins. Aujourd’hui, c’est un bras de relevage mais nombreux sont ceux, d’Eric à Robert en passant par Jo, Pierre et bien d’autres, à se dire que décidément, nous sommes bien chanceux d’avoir un ferronnier de sa trempe au village.